Vigilance, la nouvelle croisade

Sphère de cristal : Sphère de Rubicon

Type de monde : Sphérique rocheux

Echappée : 3 tours

Taille : D (diamètre équatorial de 4 523km)

Rotation : 58 heures

Révolution : Aucune

Lunes : Gardienne

Population : 78 524 Olnariens, 25 631 Ereniens, 15 736 Astoriens

Trame magique : Tellur resserrée, magie divine dominante

Le monde central de Vigilance se tient au cœur du système de Rubicon. Planète aride mais riche en minerais, sa surface est une lande froide balayée par des vents charriant des tombereaux de poussière métallique. Plongé dans une éternelle pénombre, Vigilance semble n’avoir jamais soutenu une flore diversifiée et seuls quelques lichens peuvent être trouvés dans les zones polaires. Les sources d’eau potables sont rares et la faune se résume à quelques insectes.

De grands bassins asséchés montrent que des mers peu profondes existaient jadis, des squelettes pétrifiés de créatures géantes émerges encore au fond de ces lieux.

Ports d’accueil : Vigilance est depuis un siècle un monde fermé aux simples fidèles, et où seuls Templiers et Gardiens du Rempart peuvent se rendre, uniquement pour un haut motif. Le port militaire des Sonnantes reste le seul site sur ce monde à pouvoir accueillir ceux qui se seraient égarés dans le système de Rubicon. L’accueil n’y est guère amical, et beaucoup d’aventuriers sont séquestrés de longs mois, le temps d’être interrogés par l’Inquisition Magdalénite.

Les Sonnantes sont sept hautes tours fortifiées, où se dressent de nombreuses catapultes et balistes. Elles se terminent par des clochers dont les tintements synchronisés peuvent susciter une onde sonore affectant la forme physique des créatures du Royaume Lointain. La majorité des métropoles planétaires disposent d’un tel système de défense, mais Sonnantes fut le premier lieu d’expérimentation du rituel liturgique.

La Flamboyante-Gardienne Ajia Driniska (Olnarienne ♀/ Templière de Magdalène 14/ Gardienne du Rempart/ LN) est en charge des Sonnantes. Disposant d’une flottille de cinq petits spelljammers assignés à la défense de la ville, elle s’est fait une spécialité d’interroger les voyageurs d’outresphère, cherchant les traces de la corruption du Royaume Lointain. Bien que particulièrement intransigeante, elle reconnaît également la valeur de la vie et fait soigner ceux qui passent avec satisfaction les questions de ses Inquisiteurs, fournissant même escorte et rations pour quitter le système de Rubicon.

Ressources : Vigilance ne possède ni faune ni flore, seul son sous-sol s’avère riche en minerais ordinaires, permettant depuis des générations aux Olnariens et leurs alliés de creuser des puits de mines fournissant les matières premières aux différents chantiers navals.

Les patrouilles sillonnant les étendues rocailleuses à la recherche d’espions corrompus par le Royaume Lointain ont découvert que la sécrétion acide d’un petit scarabée local, le pousseur, une fois chauffée, peut être consommée et permet de se passer d’eau pour deux à trois jours. Les Templiers ayant enfreint le règlement sont souvent envoyés dans la plaine aride et forment des groupes de récolteurs, pourchassant les scarabées afin d’en extraire les sucs.

Cultures : Les Olnariens connaissent Vigilance depuis longtemps, mais il leur fallu attendre que leurs alliés Ereniens ne viennent explorer le système de Rubicon pour qu’une colonisation commune ne soit envisagée.

N’offrant que peu d’attrait aux différents royaumes Olnariens, ce fut l’Eglise Magdalénite qui fit le choix de prendre possession des rares zones fertiles du ce monde. Désormais autonome, le culte peut se consacrer à son renforcement en profitant des préparatifs de la nouvelle croisade envisagée par les Gardiens du Rempart.

Etonnement, c’est sur Vigilance que les trois peuples majeurs des Sphères du Rempart parviennent le mieux à s’accorder. Loin des influences culturelles de leurs mondes natals, et sous l’autorité des Gardiens, Olnariens, Astoriens et Ereniens œuvrent de concert afin de mener à bien le projet de la Nouvelle croisade.

Afin d’entretenir cette synergie, un Haut-Vigilant a été appointé par un conseil de représentants de tous les ordres militaires du Rempart. A lui ensuite de donner l’impulsion nécessaire à la conception de vaisseaux de guerre, à la formation commune des futurs croisés, et aux réquisitions nombreuses de ressources. Le Haut-Vigilant est secondé par de hauts dignitaires des différents cultes, et son autorité s’arrête à l’atmosphère de la planète. Depuis quelques décades cependant, sa voix impose la paix entre les belliqueux seigneurs Olnariens, et l’idée d’une collaboration entre les différentes religions Luminaari plaît au peuple. Depuis sa prise de fonction cinq ans auparavant, le Haut-Vigilant Pior Krasnic (Olnarien / Templier de Magdalène 21/ Gardien du Rempart/ LN) a mobilisé une flotte afin d’éradiquer toute trace de piraterie au sein du système de Rubicon. Il n’oublie pas non plus de maintenir des patrouilles dans les Confins, et consacre une part de ses ressources à aider les communautés isolées. En contrepartie, ses Inquisiteurs peuvent aller et venir en quête d’espions ou de serviteurs de l’Empire Lointain.

Vigilance

Les villes fortifiées sur Vigilance accueillent de nombreux artisans, et sont en perpétuelle évolution. Des quartiers sont agrandis, de nouveaux ateliers sont construits et les chantiers navals accueillent toujours plus de main d’œuvre. Les cités sont autonomes et dépendent des Intendants du Haut-Vigilant, en charge de répartir les ressources vitales pour chacune d’entre elles. La majorité des seigneurs sont Olnariens, affiliés à la hiérarchie templière de l’Eglise Magdalénite, car une fois la Nouvelle croisade lancée, les membres des autres cultes quitteront le système de Rubicon, ou tout du moins perdront le peu d’influence dont ils disposent actuellement.

La Loi Olnarienne s’applique partout, et s’avère être un bon compromis entre la rigueur Astorienne et les incessant débats Ereniens. Peu de Prêtres sont présents sur Vigilance, et les différents Ordres Templiers ont pu acquérir prestige et influence parmi leurs pairs, se fortifiant durant des actions communes.

Les conditions de vie sur Vigilance sont spartiates, les ressources peinent à être acheminées, et la répartition se heurte souvent à des impondérables laissant des communautés sans eau ou vivres pour plusieurs jours. Ceux qui viennent sur ce monde choisissent de porter l’emblème de la Croix solaire, et d’aller combattre les forces de l’Empire Lointain. Pour beaucoup, venir sur Vigilance est l’occasion de réaffirmer sa foi dans les Puissances Luminaari.

Sites notables : La planète n’offre guère d’occasions de s’émerveiller face à des ruines des Anciens ou des formations géologiques exceptionnelles, les réalisations humaines sont cependant nombreuses à pouvoir couper le souffle aux plus blasés des aventuriers.

La cité de la Grande croix est le chantier naval n’abritant qu’un unique spelljammer, mais dont la coque occupe un tiers de la surface de la ville. Destiné à mener les légions Magdalénites au combat, la Grande croix est un géant de roche et de métal, long de deux cent mètres pour plusieurs centaines de tonnes. Les meilleurs artisans Olnariens consacrent leur temps à renforcer la coque, aménager les ponts et construire les armes qui permettront au vaisseau d’ouvrir la voie dans les masses de tentacules monstrueux.

Le Flamboyant-Gardien Diold Reznac (Olnarien ♂/ Templier de Magdalène 12/ Gardien du Rempart/ LN) veille à ce que le chantier soit épargné par les sabotages. A la tête d’une trentaine d’Inquisiteurs, il s’assure de la sécurité, déjà compromise plusieurs fois en dix ans. La cité abrite également un centre de ravitaillement majeur, à partir duquel les ressources provenant des autres mondes sont réparties. La logistique connaît de nombreux problèmes et pour beaucoup, la Grande croix est un point d’entrée idéal pour les serviteurs de l’Empire Lointain.

La Cathédrale Luminaari de Sainte-Drenila fut bâtie sur le sol que foulèrent les premiers colons humains. Haute de cent mètres, avec une nef vaste comme cinq vaisseaux de commandement, la Cathédrale est destinée à accueillir une multitude œcuménique autour d’une même foi, celle du panthéon Luminaari. Cinq Prêtres indépendants des hiérarchies existantes ont la charge des célébrations communes, ils sont les descendants de ceux qui accompagnèrent la Flamboyante-Gardienne Drenila Nyskila dans le Phlogiston, où une petite flotte Olnarienne retint une force Lointaine vingt fois supérieure, le temps que des renforts n’arrivent en urgence. Egalement gardiens de l’épée dentelée de la Templière sanctifiée, les Cinq de Sainte-Drenila usent de cette relique pour accomplir des rituels liturgiques extrêmement puissants. Leur rôle au quotidien et de participer aux rituels nommant les nouveaux vaisseaux de noms de Saints et de Saintes.

Luminaar

Luminaar

Puissance majeure du Mont Céleste, Loyal Bon

Domaines de prédilection : Loi, Justice, Soleil

Autres incarnations : Le Béhémot fut la forme de prédilection de Luminaar durant l’antiquité de son peuple. Les forces du Royaume Lointain étaient alors en mesure d’éradiquer promptement les Ereniens, et le Béhémot se manifesta de nombreuses fois. Sous cette incarnation, Luminaar incarnait alors la puissance dévastatrice et plus tard, le nécessaire sacrifice des quelques innocentes victimes pour sauver le plus grand nombre.

Royaume : Lumière divine est un petit domaine sur la strate de Mercurie, se résumant à une grande cité aux hautes tours et bannières flottant dans le vent chaud du Mont Céleste. Etrangement, la rigueur martiale traditionnellement associée aux préceptes divins à travers les Sphères du Rempart est ici fortement atténuée. L’Ordre bienveillant de Luminaar est la plus influente congrégation au sein du Royaume, et il s’agit d’un ordre de guérisseurs.

Lumière divine étend son influence sur quelques arpents d’une terre rocailleuse sur laquelle poussent des arbres fruitiers rassemblés en vergers. Ils fournissent des pommes brunes, les lumines, qui sont transformées en un cidre éternellement frais et particulièrement renommé en Outreterre. Le cidre de lumine est également connu pour fortifier les lignées célestes Ereniennes, et il est considéré tel un présent de choix durant les grandes célébrations.

Alliés divins : Luminaar consacre son temps à renforcer le Rempart et entretenir la flamme de l’espoir parmi les mortels qui se dressent face à l’Empire Lointain. Il n’entretien aucun lien particulier avec les autres Puissances du Mont, et favorise les amitiés avec de puissants Célestes. Les Cinq Archanges du Mont sacré sont souvent identifiés comme des compagnons plutôt que des vassaux, et certains sages spéculent sur la nature originelle de Luminaar, qui adopte parfois la forme d’un Planétaire armé d’un cercle de bronze captant la puissance de cent soleils. Depuis la mort de Zadiel, le Sénéchal du Glaive divin, et son remplacement par Damiel, un serviteur du Purificateur, cette synergie sacrée semble rompue, et les Cinq Archanges ne se rassemblent plus dans le Royaume de Lumière divine.

Ennemis divins : Bien entendu, l’ennemi principal de Luminaar reste le Cilice. Bien que l’entité ne soit qu’une Quasi-Puissance sans domaine connu au sein des Plans de la Roue, l’ancien serviteur dispose des forces corruptrices du Royaume Lointain, que bien peu de Puissances peuvent appréhender.

Depuis peu, Luminaar perçoit une menace grandissante émanant du Cilice, une nouvelle machination de la créature qui pourrait bien menacer non seulement les mondes du Rempart, mais également son propre Royaume céleste.

Symbole : On l’oublie souvent, mais le symbole divin de Luminaar n’est pas la Croix solaire de l’église panthéiste à laquelle il appartient. Depuis l’avènement des Ereniens, le symbole sacré de Luminaar est un simple disque de bronze entourant une main paume tendue. Les Prélats de son culte arborent tous ce symbole, mais la majorité des rangs inférieurs de la hiérarchie favorisent celui de la Croix solaire, bien plus œcuménique.

Avatars connus : Comme le soleil l’est des planètes de la Sphère dont il a la charge, Luminaar reste distant de ses fidèles et ne manifeste que rarement son enveloppe physique. Sa forme antique était celle d’un béhémot haut de dix mètres et arborant une lourde armure chauffée à blanc. Depuis que les Ereniens se sont répandus à travers les Sphères du Rempart, Luminaar favorise sa forme originelle d’Asimon Planétaire, que les sages désignent du nom de Héraut du soleil de bronze. L’avatar ne s’est manifesté que trois fois dans l’Histoire Erenienne, toujours pour repousser la manifestation d’une entité supérieure de l’Empire Lointain.

Culte : Le distinguo entre Eglise de Luminaar et Eglise Luminaari est parfois difficile, même pour des Ereniens pourtant éduqués dans les valeurs du dogme. L’Eglise de Luminaar rassemble de nombreuses congrégations templières ainsi que des monastères isolés et quelques temples vénérant la divinité sous une forme ancienne.

L’Eglise est influente sur les mondes de la Sphère de Luminaar, mais doit se contenter de quelques sièges durant les synodes de l’Eglise Luminaari au-delà de cette région.

Le titre d’Archidiacre a depuis longtemps perdu sa valeur et la volonté divine est désormais perçue par un cercle de sept Hauts-Diacres nommés par leurs pairs et formant la plus haute autorité de l’Eglise de Luminaar. A ces sept s’ajoutent un siège occupé par le Haut-Commandeur, en charge des ordres templiers voués au dieu. Un neuvième siège est réservé au Liturgiste, représentant les voies anciennes et les traditions de l’Eglise.

Chacun des Hauts-Diacres est responsable d’une congrégation, regroupant plusieurs grandes villes dans une région ayant jadis connue de terribles dévastations. Leur influence s’étend ensuite autour de cette zone, en fonction de leur vision personnelle qu’ils transmettent à leur hiérarchie. Un Haut-Diacre est secondé par sept Intendants, en charge des dépenses, des rituels liturgiques, mais surtout de la morale des fidèles. Les Intendants sont appuyés dans leur service par sept Diligents, qui assurent le lien dans les rangs inférieurs de la hiérarchie, composée de sept fois soixante-dix Diacres.

Le Haut-Commandeur est pour sa part à la tête de cinq Ordres militaires. Un Haut-Maréchal reçoit toute autorité pour commander directement un Ordre sacré, il en répond autant au Haut-Commandeurs qu’aux émissaires de son Archange tutélaire, un cas de figure qui reste rare cependant.

Le Haut-Maréchal transmet ses ordres à cinq Maréchaux-Gardiens, chacun à la tête d’une légion Erenienne d’un millier de combattants. Principalement composés de Templiers, les Ordres sacrés de Luminaar intègrent également des Diacres-Gardiens, Prêtres spécialisés, porteurs de lignées célestes anciennes et souvent investi de pouvoirs divins particuliers.

L’Ordre du Pavois sanctifié est patronné par l’Archange Ramiel, Sénéchal de l’Ecu solaire. Le Haut-Maréchal Elled Curn (Erenien ♂/ Templier de Luminaar 21/ Gardien du Rempart/ LN) à en charge la défense des mondes de la Sphère de Luminaar et mobilise deux de ses cinq légions sur Athius. Ramiel octroi à ses Templiers un accès majeur au domaine divin de la Protection et les épreuves initiatiques au sein de l’Ordre tournent autour de la défense individuelle et la quête d’anciens boucliers.

L’Ordre de l’Astre rayonnant, patronné par l’Archange Tomiel, Sénéchal de l’Orbe lumineux, est sous la responsabilité de la Haute-Maréchale Clavie Solt (Erenienne ♀/ Templière de Luminaar 18/ Gardienne du Rempart/ LB). Si trois des légions de l’Ordre sont cantonnées sur Ortho, la charge principale de l’Astre rayonnant est d’assurer la protection physique des Prélats rassemblés sur Pyronis.

L’Astre rayonnant mobilise la plus grande flotte spatiale au sein du système de Luminaar, nombre de Templiers suivent un enseignement particulier afin de pouvoir suppléer les Diacres-Gardiens affectés à leurs Timons. De fait, les membres de l’Ordre ont également une plus grande propension à mener des affaires et sont en charge du commerce dans toutes les villes où ils disposent de chapitres.

L’Ordre du Poing flamboyant, patronné par l’Archange Semiel, Sénéchal de l’Annonciatrice, est placé sous le commandement du Haut-Maréchal Orn Lerm (Erenien ♂/ Templier de Luminaar 25/ Gardien du Rempart/ LN). Particulièrement réputé pour la puissance de ces Templiers sur le champ de bataille, l’Ordre arbore le symbole de la comète connue sous le nom de l’Annonciatrice. Semiel octroi aux siens des pouvoirs amplifiant leurs prouesses martiales et reste l’Archange se manifestant le plus souvent face aux hordes de l’Empire Lointain.

L’Ordre du Harnois adamantin est patronné par l’Archange Namiel, Sénéchal de la Charge. La Haute-Maréchale Arine Solt (Erenienne ♀/ Templière de Luminaar 20/ Gardienne du Rempart/ LN) s’assure que ses légions soient parfaitement formées pour se coordonner avec les autres forces militaires Ereniennes. En effet, depuis son changement de nom à l’époque de la conquête des mondes de la Sphère Adamantine, l’Ordre s’est spécialisé dans la monte et la charge. Rapides coursiers, lourds destriers terrestres ou ailés, les Templiers du Harnois adamantin défendent la surface des mondes du Rempart, menant la charge au son de milliers de sabots et de cors de cavalerie.

L’Ordre de la Sainte-lance, patronné par l’Archange Damiel, Sénéchal des Lances, remplace l’ancien Ordre des Porte-glaives, patronné par l’Archange Zadiel, détruit par Bematna, Seigneur des Brisures. Vassal du Purificateur, Damiel est un Céleste Arcadien imposant à ses serviteurs mortels une application stricte des lois et règlements.

Deux des cinq légions sont exclusivement constituées par des Templiers Astoriens vénérant Luminaar, et cette cohabitation avec les légionnaires Ereniens fait naître bien des tensions, d’autant que la plupart des vétérans servaient loyalement Zadiel. Le Haut-Maréchal Tern Aldwar (Astorien ♂/ Templier de Luminaar 24/ Harmonium/ LN) est le seul Gardien du Rempart à ne pas descendre d’une lignée Céleste, et son affiliation à l’Harmonium en perturbe plus d’un au sein de l’Eglise de Luminaar. Malgré tout, le Haut-Maréchal veille à ce que les ordres du Haut-Commandeur soient suivis, et la volonté de son Archange appliquée à la lettre. L’Ordre de la Sainte-lance est essentiellement mobilisé autour des mondes de la Sphère Adamantine, où les attaques des créatures de l’Empire Lointain sont toujours plus nombreuses.

Dogme : Luminaar favorise ses Ereniens mais protège tous ceux qui suivent ses préceptes. A ses yeux, les mortels ne peuvent prospérer qu’à travers des lois s’appliquant indifféremment à tous, du plus humble à la divinité elle-même. La Justice est au cœur du dogme Luminaari, et après des siècles de vigilance et de conflits, la Loi dans la société Erenienne s’est lentement durcie, et les Gardiens du Rempart passent souvent pour des tyrans impitoyables, alors qu’ils se voient contraint à une vigilance de chaque instant.

Luminaar est également perçue comme une divinité solaire au sein de la Sphère de cristal. Le foyer Erenien traditionnel rend hommage au Donneur de vie selon des rites extrêmement anciens.

Sacerdoce : Pour les fidèles serviteurs de Luminaar, le principal devoir consiste à rendre la justice parmi les communautés Ereniennes. Les Diacres peuvent faire appliquer la Loi divine et les Templiers peuvent faire appliquer les jugements. Depuis les premières rencontres avec les créatures de l’Empire Lointain, les fidèles doivent également fortifier leur âme afin de protéger toutes les formes de vie de la corruption du Royaume Lointain.

Lieu de culte : L’ancienne métropole d’Eren fut la première à être frappée par les créatures de l’Empire Lointain, qui menacèrent d’extinction le peuple mal défendu. Luminaar se serait pour la première fois manifesté physiquement en ce lieu, anéantissant les ennemis de ceux qu’il prit dès lors sous sa protection.

La Cathédrale d’Eren est connue pour être le plus ancien lieu de culte, là où les serviteurs les plus âgés viennent achever leur existence, sous la bienveillante protection du dieu. Ceux qui servent fidèlement jusqu’à la fin et se rendent jusqu’à la Cathédrale savent pouvoir être emmenés jusqu’à Lumière divine, le Royaume de Luminaar, pour y mener une nouvelle existence au plus près de leur dieu.

La Cathédrale de Saint-Corvius se trouve sur le monde de Pyronis et accueille la majorité des synodes de l’Eglise de Luminaar. Une légion de l’Ordre de l’Astre rayonnant est mobilisée aux abords pour en assurer la protection, car bon nombre de Diacres de rangs élevés séjournent en ce lieu, accomplissant leurs devoirs liturgiques au sein des immenses salles de la cathédrale.

Corvius Ernel était il y a cinq siècles le Maréchal-Gardien de la Légion des Sept furies, rattachée à l’Ordre du Poing flamboyant. Il se heurta à l’incarnation du Barreur, en orbite de Pyronis mais parvint à détruire le principal vaisseau en se sacrifiant avec les derniers rescapés de sa légion. Saint-Corvius est fréquemment mentionné dans les allocutions des Sept en direction des combattants allant affronter les forces de l’Empire Lointain. Il incarne la force du plus grand nombre et le sacrifice personnel pour sauver le plus grand nombre.

Ordres affiliés : Par le passé, les Ordres Templiers n’étaient pas inclus au sein de la hiérarchie cléricale, mais avec le conflit opposant les Ereniens aux entités du Royaume Lointain, ces puissantes organisations se sont vue proposées une place prépondérante dans la destinée de leur peuple.

Il faut cependant noter que certains descendants des légionnaires ayant jadis servit l’Archange Zadiel continuent à servir Luminaar au sein de l’Ordre des Porte-glaives. Officiellement condamnés pour Apostasie, ces fidèles sont commandés par le Maréchal-Gardien Teler Losn (Erenien / Templier de Luminaar 16/ Gardien du Rempart/ LN) et guidés par l’Ange Osiel, Général des Glaives brisés. En réalité, le Conseil des Sept Hauts-Diacres charge régulièrement la dernière légion de Porte-glaives de missions à haut risque, en lui fournissant toute l’assistance possible sans éveiller les soupçons au sein de la hiérarchie templière.

Les Sphères du Rempart

Les Peuples Anciens n’eurent guère d’influence sur le développement des nombreux mondes protégés par les orbes cristallins flottant dans cette région du Phlogiston. Les forces déchaînées du Courant nommé le Rempart limita toujours les migrations depuis les Sphères Connues, et les légendes de mondes idylliques abondent depuis l’Âge des Légendes.

Mais si les quatre Sphères de cristal connues et peuplées par les Ereniens sont en effet fertiles, avec des environnements favorables à l’éclosion de nombreuses formes de vie, la menace du Royaume Lointain pesant sur elles est si présente que les civilisations qui ont su se développer là vouent depuis toujours leurs forces à combattre et repousser les hordes remontant les Courants éthériques pour corrompre les âmes et les corps des mortels.

Les quatre Sphères du Rempart baignent dans ce Courant perpétuellement déchaîné, et se voient ainsi partiellement protégées des monstres gigantesques venant menacer les mondes qu’elles protègent. La contrepartie étant que la navigation reste excessivement périlleuse, et donc fortement limité. Malgré tout, les Ereniens s’appuient sur leur Foi et parviennent depuis des siècles à entretenir un lien entre leurs mondes.

A l’origine de l’expansion de la civilisation Erenienne, les mondes de la Sphère de Luminaar furent le théâtre de plusieurs guerres de religion, de sanglantes purges et de drames à l’échelle planétaire. Puis, sous la férule du panthéon Luminaari, un long âge de paix fut instauré. Luminaar est également le nom du soleil de bronze dardant son chaud rayonnement sur trois mondes telluriques et imprégnés par les énergies des Plans Supérieurs. Les peuples de cette Sphère de cristal suivent l’Eglise Luminaari, mais vénèrent tout particulièrement les Cinq Archanges du Mont sacré, Sénéchaux de Luminaar et patrons des grands ordres templiers. Ortho est le monde natal des Ereniens, un lieu fortement influencé par Daziem, Sénéchal arcadien des Lances, ayant amené la puissante faction de l’Harmonium à s’implanter à travers les Plans de la Roue. Pyronis est un monde ayant connu jadis une violente activité volcanique, qui amena dans ses plaines alluviales une formidable fertilité. La planète est désormais le cœur de la Foi, là où les Prélats de l’Orthodoxie Luminaar prient pour les Ereniens et font usage d’une formidable magie chorale pour manifester la volonté de Luminaar. Athius est le monde extérieur du système, ses hautes montagnes abritent les forteresses principales des cinq ordres templiers et concentrent l’essentiel du commerce spatial Erenien. Fréquemment prit pour cible par les hordes du Cilice, Athius concentre dans ses sanctuaires militaires toute la Foi des ordres templiers, qui sont fréquemment menés au combat par les envoyés des Cinq Archanges du Mont sacré.

La Sphère Légendaire fut la première grande conquête des missionnaires Ereniens de l’Eglise Luminaari. Ses cinq mondes gorgés d’une magie nouvelle y avait favorisée l’émergence de nombreux peuples vigoureux mais n’ayant pas encore envisagé de s’élever par-delà les cieux. Les Ereniens trouvèrent rapidement leur place et adoptèrent la divinité solaire Exalus, qui devint l’incarnation de l’excellence. Le système planétaire est composé d’un grand soleil d’argent, le Tholomnios, dont le rayonnement favorise l’émergence fréquente de héros incarnant les plus hautes valeurs des peuples qu’ils représentent. Régulièrement, Exalus éprouve ces champions en les soumettant à de terribles épreuves. Au plus près du soleil argenté se trouve Equus, un monde de cavaliers chevauchant de vastes steppes venteuses, et où les autres peuples du Rempart viennent désormais chercher conseils et montures d’exception. Dracuus est un monde désertique, recouvert par des sables noirs dévoreurs de vie. Un peuple ancien de chevaucheurs de dragons guerroie depuis des siècles pour l’honneur du clan. Delphuus est un monde-océan où se dressent de hautes statues humanoïdes émergeant partiellement des flots. Des peuplades primitives vivent sur de nombreux archipels riches en ressources et occupent de mystérieuses cités en ruines. Teluus est le monde extérieur du système, il fut découvert et colonisé par les Ereniens, qui trouvèrent là les premières marques de la corruption du Royaume Lointain, à l’échelle planétaire. Depuis lors, des créatures souillées se glissent dans les rues des cités fortifiées et sèment le désordre.

De par son apparence extérieure, la Sphère Adamantine semble vraiment composé d’un alliage métallique formant des superpositions de vastes plaques martelées. En réalité, un examen plus approfondi montre qu’il s’agit bien de l’habituelle matière cristalline, recouverte ici par une impressionnante couche de poussière métallique née de fusions éthériques propres à cette région.

Des nuées d’éclairs longs de plusieurs dizaines de kilomètres frappent régulièrement cette masse métallique qui est projetée en amas fondus vers des nuages de gaz contenant une forte concentration d’énergie négative, qui décompose les agglomérats métalliques retombant ensuite lentement en fine poussière sur la surface de la Sphère Adamantine.

Le système Adamantin est formé de trois mondes principaux, cernés par une large ceinture d’astéroïdes et illuminés par un soleil d’argent, le Purificateur. De nombreuses comètes traversent les ellipses planétaires et sont observées avec attention, car fréquemment porteuses des germes de la corruption. Les peuples de ces mondes sont habitués depuis longtemps à combattre les forces pernicieuses du Royaume Lointain, et bien que l’Eglise du Purificateur ne soit guère connue pour sa mansuétude, la majorité des peuples Adamantins sont unis sous la bannière de leur divinité protectrice.

Au plus près du soleil argenté se trouve Piscelius, un monde-océan aux eaux sombres et où de terribles monstres corrompus se rassemblent dans les profondeurs. Les Thalat forment le dernier peuple à lutter contre ces créatures, leurs anciens alliés ayant été anéantis durant de cataclysmiques batailles. Excellents marins, farouches combattants, les Thalat ont intégrés les Légions du Rempart en échange d’une aide militaire face à leur ennemi ancestral.

Daramance est le monde médian du système, une planète montagneuse où les Ereniens ne découvrirent que des ruines de métropoles jonchées d’ossements. Les Ogres Urnog régnaient jadis sur un grand empire, mais leur peuple fut anéanti par des créatures gigantesques, endormies sous les montagnes. Les importantes ressources des plaines de Daramance ont attirées de nombreux colons, mais les Gardiens du Rempart savent devoir se tenir prêt à combattre sur cette planète.

Astorius est le monde extérieur du système, le berceau du peuple Astorien et du culte du Purificateur. Très semblables aux Ereniens, leur Roi jura allégeance aux Gardiens du Rempart et mobilise depuis lors toutes les forces de son domaine pour lutter contre la corruption de l’Horizon.

Les trois lunes d’Astorius disposent de chantiers navals où se regroupent les flottes Astoriennes, composées de redoutables vaisseaux carapaçonnés et formant l’épine dorsale de nombreuses forces d’attaque.

La Sphère de Rubicon est un orbe carmin, à l’épaisseur surprenante. Sa face exposée au Phlogiston est lacérée de tranchées profondes de plusieurs centaines de mètres, indiquant que des monstruosités du Royaume Lointain tentèrent, vainement, d’éventrer cette Sphère.

Régulièrement, l’orbe se mets à rougeoyer de plus en plus intensément, jusqu’à libérer une vague intense de chaleur. Plusieurs Généraux célestes usèrent par le passé de ce phénomène pour infliger de lourdes pertes à leurs adversaires monstrueux.

Deux mondes et une ceinture d’astéroïdes forment ce système. Un soleil rouge sombre scintille à l’extérieur et laisse derrière lui une longue traînée de flammes. Les Gardiens désignent cet orbe de feu du nom de Magdalène, et sa traine flamboyante et la Chevelure de la Déesse, capable d’incinérer les hordes de monstres osant approcher des mondes de Rubicon.

Jadis, un peuple ancien occupa le système qui ne portait alors pas son nom actuel. Grands artisans et sorciers élémentalistes doués, ils forgèrent de grands orbes, vastes comme des lunes, qu’ils lièrent au soleil rouge. Les Perles magdaléniennes sont aujourd’hui connues comme des sanctuaires suivant la course du soleil, nimbés dans un feu intense, tandis que leur intérieur est réputé comme étant de véritables havres paradisiaques, où chaque chose est imprégnée de magie élémentaire.

En réalité, les huit lunes artificielles abritent en effet des sanctuaires anciens, accessibles aux plus puissants seigneurs du Rempart, mais ces havres correspondent aux normes d’un peuple disparu, qui était clairement insensible aux flammes élémentaires. L’atmosphère intérieure est ainsi impropre à la majorité des formes de vie connues de ce système.

La ceinture d’astéroïdes à l’extérieur du système aurait été un monde désertique plusieurs millénaires auparavant. Un cataclysme cosmique dévia brièvement la course du soleil rouge, qui broya ce monde dans son feu sombre. Les Gardiens qui vinrent s’établir en ce lieu de désolation fondèrent de grandes citadelles, mais surtout des mines, puisant dans les gisements de métaux rares. La ceinture fut nommée Couronne Brenykane, en l’honneur de sa longue lignée de héros protecteurs.

Guide est un monde tellurique de petite dimension et dont la surface est recouverte de hautes montagnes noires, où de grandes métropoles troglodytiques furent découvertes par les Ereniens. Ceux qui vinrent s’établir en ce lieu fondèrent le culte de Père Ordalius, un sage tourné vers les étoiles et les sciences. Guide est un sanctuaire du savoir depuis lors, et son chapelet de lunes abrite de nombreux temples aux traditions savantes spécialisées.

Au centre du système de Rubicon se trouve le monde de Vigilance, une planète où les Gardiens du Rempart rassemblent des forces en prévision d’une nouvelle croisade au cœur de l’Empire Lointain. La surface est une étendue de rocailles sur laquelle s’élèvent de nombreuses citadelles et des casernements. L’Eglise Magdalénite impose sa loi en ce lieu et veille à éliminer traîtres et espions, l’Ordre Templier du feu sombre, son bras armé, se forme aux prochaines campagnes militaires au sein de la corruption en développant des épreuves visant à fortifier l’esprit.