Ganeezia, la Main étoilée

Les trous de ver, ces tunnels hypothétiques à travers l’espace-temps qui permettent un voyage plus rapide que la lumière, pourraient potentiellement laisser des empreintes sombres et révélatrices dans le ciel. Une nouvelle étude suggère même qu’elles pourraient être vues avec des télescopes. Les trous de ver sont des raccourcis cosmiques qui découlent des équations de … More

GaneeziaPuissance mineure du Plan matériel Primaire

Neutre Bonne

Souvent liée au panthéon des Seigneurs des collines dorées, la Main étoilée est une divinité protectrice des gnomes s’aventurant au sein du Vide, mais également une Puissance capable d’influencer l’émergence de nouveaux stellaires. Ganeezia navigue à bord d’une gigantesque Conque, entourée par une vaste flotte comprenant des représentants de nombreuses peuplades en exil. Bienveillante, la divinité n’en reste pas moins vigilante face aux nouvelles nations de jeunes peuples expansionnistes, provoquant fréquemment l’exode d’opprimés.

Domaines de prédilection : Stellaire, Voyage, Création

Autres incarnations : Arpentant les routes planaires de l’Outreterre, la Quasi-puissance Galeet assure la protection des caravanes marchandes et veille sur les arpenteurs bytopiens. Bienveillante et attentive, elle se manifeste rapidement lorsque les noms des autres Puissances des Paradis jumeaux, sous la forme d’une gnome en cotte de maille, brandissant un sceptre surmonté de six étoiles.

Royaume planaire : Le Sahoolnayalaat est une Conque longue d’un kilomètre, propulsée par la divinité elle-même et abritant trois centaines de prêtres et prêtresses capables de répondre à l’appel des fidèles en embarquant à bord de plus petites Conques. Une flotte de soixante autres nefs spatiomantiques escorte le navire divin, emportant plusieurs communautés d’exilés entre les Sphères Connues. Comme pour les autres flottes de la Longue caravane, ce sont les Capitaines qui ont l’autorité, mais avec pas moins de dix-huit espèces différentes autour du Sahoolnayalaat, les tensions sont souvent plus vives et l’intervention de Ganeezia est fréquente.

Alliés divins : L’ensemble du panthéon des Seigneurs des collines dorées se montre très favorable aux actions de la Main étoilée, et bien que leurs sphères d’influences ne se croisent que rarement, la divinité sait pouvoir envoyer en toute confiance ses fidèles sur les mondes où les Puissances des gnomes possèdent une certaine autorité. Egalement proche des divinités du Sa’ruu, Ganeezia soutien inconditionnellement les actions de ces dernières, n’hésitant pas à engager ses flottes spatiomantiques dans de grandes campagnes de résistance face à des tyrans.

Old dwarf by delowar on DeviantArtEnnemis divins : Un très ancien litige oppose Ganeezia au Halo dans la nuit, connu pour patronner la lignée stellaire Ravenn. Les serviteurs des deux divinités se heurtent régulièrement et consacrent généralement beaucoup de ressources à contrecarrer les visées de leurs ennemis. Il n’est pas rare que leur dissension incite leurs panthéons respectifs à s’impliquer dans des actions nuisibles pour tous.

Symbole : La main étoilée de Ganeezia est un symbole protecteur, souvent employé dans les rituels cristallins profanes ainsi que par l’ensemble des peuplades naviguant au sein du Vide. .

Avatars connus : Ganeezia se manifeste fréquemment sous la forme d’une gnome lunaire à la peau sombre, constellée d’étoiles mouvantes, et dont l’opulente chevelure est composée d’argent pur. Souvent revêtue d’une robe cérémonielle blanche, inspirant celles en usage parmi ses fidèles, elle a déjà arborée une cuirasse de bronze martelée de symboles anciens, très proches de glyphes sharood.

Culte : La hiérarchie cléricale est dominée par un ou une gnome lunaire arborant une marque stellaire, généralement celle de la lignée Ekton, mais l’Histoire récente a montrée que cet état de fait pouvait varier. Désigné par le titre de Main étoilée, le patriarche ou la matriarche du culte s’entoure des Mains dorées, toujours des clercs possédant une lignée stellaire et parfois même des connaissances profanes. Les prêtres et prêtresses de rang intermédiaire sont pour leur part nommés Mains argentées. Diacres et adeptes sont pour leur part désignés sous le titre de Mains de bronze.

Rafael AraujoTous les Capitaines des Conques rattachées au culte sont des Mains argentées, et peuvent officier au nom de la déesse par le biais de leurs timons, qui tiennent également lieu d’autels, leur permettant de communier au sein de Sphères où le culte de la Longue caravane n’est pas présent.

Si le clergé de Ganeezia est majoritairement composé de gnomes, bon nombre d’adeptes sont d’espèces variées, fréquemment issue de populations persécutées par un pouvoir tyrannique, et en exil. La hiérarchie au sein du culte n’étant pas rigide, il arrive fréquemment que des temples soient fondés à bord de nefs spatiomantiques solitaires, et deviennent des centres religieux d’importance, sans même qu’un ou une seul gnome n’y adhère. Ainsi, dans la Sphère de Toralikis, une communauté saurienne s’est tournée il y a longtemps vers l’adoration de la Main étoilée, et sous la houlette du G’zatta Craalk’Nac’luum (pr saurien W/ Prêtre de Ganeezia 8/CN), toute une congrégation de fidèles et d’adeptes sillonne les courants solaires du système au service de la déesse, sans jamais avoir croisé de gnome lunaire, ni même de représentant du culte officiel.

Dogme : Ganeezia prône avant tout l’entraide et l’assistance aux plus démunis. Ses fidèles se doivent de toujours rester attentifs aux individus plutôt qu’aux peuples, car pour la Main étoilée, un individu soigné et choyé sera bien plus efficace qu’un groupe, qui conservera rancœurs et griefs difficiles à canaliser.

Lieu de culte : Le plus ancien temple dédié à Ganeezia se trouve à l’entrée du passage de Kun’Lao, menant au système du Dragon d’or. Au sein du marché flottant formé de nombreuses nefs, le Temple de l’étoile est un petit sanctuaire mais également une Conque de bonne taille, abritant une centaine d’individus sous la houlette de la Main argentée Saprinaara (pr gnome lunaire ♀/ Prêtresse de Ganeezia 13/ Lignée Ekton mineure/ NB). Une vingtaine des prêtres et prêtresses sont également des stellaires de la lignée Ekton, le temple est un havre pour les aventuriers des Sphères aventureuses et permet aux flottes de la Longue caravane de bénéficier d’une escale avant de s’engager entre les mondes du Dragon d’or.

Ordres affiliés : Plusieurs stellaires de la lignée Ekton forment depuis plus d’un siècle l’Ordre de la Main d’argent, vénérant Ganeezia qui leur octroi des visions guidant leurs quêtes à travers les Sphères Connues. Dornath Emestil (pr valorien ♂/ Magicien [Enchanteur] 10/ Dynastie Klassoom majeure/ NB) est un vieil aventurier torilien spécialisé dans la fabrication de parchemins. La trentaine de mages Klassoom regroupés au sein de l’Ordre cherchent à soutenir les flottes de la Longue caravane en agissant auprès des dirigeants des grandes nations du Vide, usant de l’influence de la lignée Ekton pour permettre aux fidèles de naviguer sans crainte d’exactions à leur encontre.

Capture

Runalith, les Bastions mystiques d’Ekton

Type de monde : Amas d’astéroïdes rocheux

Taille : Majorité de Taille C

Echappée : 5 rounds

Rotation : Aucune

Révolution : 583 jours

Lunes : Aucune

Population : 258 436 Runath

Trame magique : Vacuu renforcée, magie profane dominante

Panthéon : Runath

L’amas de Runalith contient dans son atmosphère pas moins de soixante-quatre planétoïdes majoritairement recouverts par une luxuriante végétation et possédant pour la plupart d’importantes ressources minérales. Une faune singulière s’est adaptée aux effets néfastes du Raz-de-marée Neshphandorien, et beaucoup de bêtes sont en réalité des hybrides entre les anciennes créatures locales et leurs contreparties neshphandoriennes.

Le climat autrefois stabilisé par les Archimages Runath est désormais sujet à de violents changements et provoque régulièrement des catastrophes à la surface des planétoïdes les plus peuplés. Les seigneurs de la lignée Ekton qui tentent de restaurer les anciennes tours de leurs ancêtres n’ont guère les ressources pour apaiser le climat de Runalith, mais les fréquents déchaînements atmosphériques affaiblissent inexorablement la trame magique, et plusieurs planétoïdes autrefois inclus dans le territoire de Runalith se voient privés d’air.


Ports d’accueil : Premier parmi les siens, l’Archimage Elder Noor-Sinuu (Runath ♂/ Magicien des Sphères 18/ Archimage Runath 12/ Lignée Ekton légendaire/ NB) vint seul dans l’amas de Runalith afin de se mesurer aux serviteurs des Neshphandoriens. Ses victoires ne tardèrent pas à trouver des échos dans les cœurs d’autres membres de la lignée Ekton, et ensembles, ils purent fonder Port-Laknaal.

Bâtis sur les ruines de l’ancienne métropole de Bjanuruu, le port est formé de grands quais jetés dans le vide, protégés par des tours arcaniques et pouvant accueillir une vingtaine de spelljammers de moyen tonnage. Grâce aux prodigieux pouvoirs des mages de la lignée Stellaire Ekton, plusieurs tours ont déjà été rebâties, mais le principal labeur des nouveaux colons est de restaurer le champ magique Vacuu grâce à des rituels découverts à travers les Sphères Connues. En sacrifiant de prodigieuses ressources magiques, les Archimages Ekton peuvent en effet régénérer une trame magique et contrebalancer les effets d’une zone de magie morte. Malheureusement, la région affectée par le Raz-de-marée Neshphandorien est si vaste que les Runath venant réclamer leur héritage en auront pour des générations à restaurer les forces vives du seul amas de Runalith.

Port-Laknaal rassemble en son sein la majorité des colons Runath de la région, la communauté ne produit encore aucune ressource mais abrite un grand zocalo approvisionné par la diaspora Runath. Plusieurs compagnies de mercenaires sont mobilisées en permanence, car la faune née après le Raz-de-marée se révèle particulièrement hostile. Pour une grande part cependant, les habitants de Port-Laknaal sont des mages ayant amenés avec eux les connaissances et pouvoirs de leurs ancêtres. Chacun est suivi par de nombreux apprentis et serviteurs se dévouant à leur façon à la reconquête des mondes de leurs ancêtres. L’activité portuaire est donc intense, et chaque habitant à une fonction et de nombreuses tâches bien précises. Les aventuriers sont rares mais commencent cependant à répondre aux appels des mages Runath cherchant des reliques oubliées, mais plus souvent des connaissances perdues durant le Raz-de-marée Neshphandorien.


Ressources : La zone de magie morte affectant Runalith a engendrée des vortex instables vers la dimension neshphandorienne, à partir de laquelle d’étranges végétaux ont pris racines sur les planétoïdes abandonnés par les Runath.

Au fil du temps, ce sont des bêtes singulières qui se sont à leur tour établies dans la ceinture d’astéroïdes, et l’environnement que connurent les premiers habitants s’est ainsi radicalement transformé, ajoutant aux effets de magie morte les dangers d’un territoire redevenu sauvage.


Cultures : Encore jeune, la culture des Bastions mystiques d’Ekton emprunte pour une grande part aux traditions Runath, mais également à celles des civilisations auxquelles s’est mêlée la diaspora. Les nouveaux Archimages sont tous de la lignée Stellaire Ekton, et il s’agit d’un phénomène nouveau, qu’une telle appartenance définisse une nouvelle société. Tout du moins à travers les Sphères Connues.

Les fondateurs des Bastions mystiques s’identifient officiellement à une communauté Runath, mais ne se soumettant pas aux lois du nouveau Magysterium de Runashaan. Les personnalités qui la dirigent sont reconnues à travers les Sphères Connues, et espèrent pouvoir attirer à eux d’autres membres de la diaspora sur les planétoïdes de Runalith. A terme, le peuple des Bastions mystiques compte bien offrir une alternative aux Runath revenant dans la Sphère de Saahmsaan et se trouvant isolés dans les coutumes anciennes prônées par Runashaan.

Il existe actuellement cinq bastions. Port-Laknaal reste de loin le plus important, mais les autres attirent à eux des mages puissants, ambitieux, et soucieux de rendre leur héritage aux Runath. Un Archimage décide de la conduite à tenir et prend les mesures les plus urgentes. Un cercle d’une dizaine de disciples se charge d’organiser la vie courante de la communauté, tandis que les apprentis et serviteurs se consacrent à l’amélioration des conditions de vie.

l’Archimage Elder Noor-Sinuu est le meneur de toute la communauté de Runalith, les autres dirigeants des Bastions mystiques prenant leurs décisions en fonction de sa parole.

Le territoire reconquit de Runalith est encore bien trop hostile pour que des aventuriers osent encore venir établir des communautés, et seuls de puissants Runath entreprennent le long voyage pour se placer sous la protection de l’Archimage.


Sites notables : Jadis, la ceinture d’astéroïdes de Runalith abritait de grandes métropoles Runath, ainsi que des ruines bien plus anciennes, qui selon certaines rumeurs, auraient été préservées du Raz-de-marée Neshphandorien. Même si le phénomène fut majoritairement perçu comme néfaste, entraînant la chute du Très-haut Runath, il a également engendré des formes de vie uniques, et des lieux nouveaux.

L’agglomérat Kzanaggath est un phénomène propre au Raz-de-marée, partiellement né au sein de la dimension des Neshphandoriens, mais ayant été imprégné par les forces du Plan Matériel Primaire. Les Kzanaggath vinrent à la suite du désastre qui frappa la Sphère de Saahmsaan, ils étaient de gigantesques léviathans évoluant dans un océan gazeux qu’ils amenèrent avec eux. Jugés bien trop dangereux car dévorant des planétoïdes, ils furent regroupés par les plus puissants Neshphandoriens, puis fusionnés grâce à de terrifiants pouvoirs.

L’agglomérat est ainsi une masse de chairs et d’écailles, toujours animée par les formes de vie colossales qui sont entrées en stase, dans l’attente d’une délivrance qui ne viendra pas. Avec un diamètre équatorial de plusieurs dizaines de kilomètres, l’agglomérat est capable d’engendrer atmosphère et un singulier champ non-magique, défiant les plus puissants rituels Runath visant à restaurer les anciennes forces dans cette région. Malheureusement, l’atmosphère à la surface de ce lieu est irrespirable pour la majorité des espèces du système de Saahmsaan.

Les Tours déphasées d’Akinaath étaient jadis des sanctuaires pour ceux qui souhaitaient étudier le dimensionnalisme. Bien des membres de la diaspora Runath soupçonnent les Sadraah d’avoir œuvrés dans l’ombre au sein de ces tours, préparant une grande invasion des Sphères Connues par les flottes des Orbes impériaux. Quoiqu’il en soit, le Raz-de-marée Neshphandorien engendra un phénomène unique autour des hautes tours, qui devinrent autant de passages entre les deux dimensions.

Ce sont en réalité d’anciens portails planaires, au cœur des cinq sanctuaires, qui furent altérés pour mener vers des lieux impropres à toute forme de vie. Mais au fil du temps, les rares observateurs qui furent placés à proximité de l’ancienne métropole d’Akinaath constatèrent une influence grandissante et néfaste de ces passages. Un grand nombre de créatures anormales rôdent ainsi aux alentours, et pour les imprudents désireux de côtoyer les Neshphandoriens, les Tours déphasées exercent un immense attrait.