Les At’uru {Les Invincibles, Ceux-qui-guerroient}

At'uru by derynnaythas

Comptant parmi les Peuples Anciens les mieux connus, les At’uru resèrent longtemps cantonnés au sein de la région des Fontaines Stellaires, plus précisément au sein du système de la Sphère de Nislaam. La légende leur prête d’innombrables conquêtes à travers les Sphères Connues, mais il s’avère que les At’uru n’eurent sous leur coupe que très peu de mondes, préférant s’entourer de vassaux relativement libres et pouvant même conserver leurs traditions. Bien entendu, pour mériter le titre d’allié des At’uru, il fallait résister à une guerre contre ces terrifiants guerriers géants, insensibles à la majorité des armes et sortilèges de leur époque. Seuls ceux qui combattaient avec une férocité au moins égale, ou en faisant preuve d’un grand sens de la stratégie étaient épargnés, les autres venaient garnir les fosses à esclaves sur les mondes de Nislaam.

Bien que reconnus pour être impitoyables à la guerre, les At’uru semblaient faire montre de mansuétude et montraient même de l’intérêt pour les cultures vassales. Leurs trois castes furent connues pour être nées de trois ethnies très différentes, mais complémentaires. Elles seraient les seules à avoir émergées d’un effroyable génocide qui aurait vu l’extinction d’au moins six autres ethnies At’uru. Les K’sani étaient clairement les meneurs de leur peuple, dotés d’une grande intelligence et d’un don poussé pour la stratégie spatiale, ils limitèrent sciemment leurs conquêtes afin de maintenir les ressources de leurs mondes. Ce fut grâce à eux que les At’uru évoluèrent et fondèrent une culture guerrière en apparence brutale, mais cependant empreinte d’un code du guerrier encore respecté par les Peuples de l’Âge des Prétendants. Les G’utu étaient les combattants ultimes, des êtres réputés indestructibles, que même le faisceau négulus d’un Treel ne pouvait désintégrer. Ils devaient toujours être guidés et encadrés par les K’sani, et ont leur attribue la chute de la puissante civilisation At’uru. Peu nombreux, les N’gora étaient prédisposés à la manipulation des champs magiques et furent les Timoniers qui emmenèrent les lourds spelljammers At’uru conquérir les mondes lointains. Plusieurs récits émanant de peuples qui rencontrèrent Ceux-qui-Guerroient indiquent que les N’gora n’étaient pas particulièrement doués pour maîtriser des sorts complexes, mais que leur lien intuitif avec les trames planétaires leur permettait de puiser dans une magie de nature élémentaliste, qu’ils combinaient avec des talents martiaux mortels.