La Sphère brisée de Twon-Ladrak

ArtStation - Asteroid Field, Alex van der Linde
Asteroid field par Alex Van Der Lind

Il ne subsiste presque rien du puissant empire de Twon, une coalition de nations querelleuses qui parvint à forger durant quelques millénaires l’unité entre pas moins de dix-huit Sphères de cristal. Grâce aux prodigieuses matrices cristallines de Twon, des nefs spatiomantiques, par milliers, essaimèrent une culture brillante, expansionniste et ambitieuse. A l’origine fondée par le Dernier dieu, Twon, l’empire oublia rapidement ses racines spirituelles pour devenir une civilisation éclairée, développant la symbiose entre l’organique et le minéral.

La Sphère de cristal de Twon-Ladrak subsiste encore au tiers dans sa forme physique. De grands ouvrages ont en outre permis de développer un prolongement de sa protection cosmique grâce au Rempart de Twon, un vaste champs d’étoiles cristallines tissant entre elles un maillage d’énergie puisé dans le lointain soleil nommé Ladrak. Grâce à ce prodige sans nul autre pareil, le Néant extérieur est maintenu à l’écart de la région intérieure du système, et l’érosion de la Sphère est sensiblement ralentie.

Le puissant soleil bleu, Ladrak, est désormais le cœur de ce qu’il subsiste de l’ancien empire. Les nombreux planétoïdes formant une ceinture minérale autour de lui restent désormais les seuls lieux où la vie est encore possible, mais les peuples de Twon doivent consacrer d’importantes ressources à maintenir les boucliers d’énergie leur évitant la mortelle brûlure solaire.

Trois mondes existaient jadis, mais ils ne sont plus que des ceintures de débris servant d’avant-postes à de terribles entités émergeant du Néant extérieur, et cherchant à engloutir le soleil. Les peuples de Twon patrouillèrent longtemps sur les antiques voies solaires, combattant ces effroyables créatures, mais la lutte à récemment été considérée comme vaine par le Conseil de Twon, l’instance dirigeante formée par les plus sages des représentants de chaque peuple survivant.

L’Anneau de Twon, le dernier cercle

Type de monde : Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille : Majoritairement A et B

Rotation : Aucune

Révolution : 127 jours

Lunes : Aucune

Population : 147 568 Twol’myash’laam

Trame magique : Tellur diffuse

La ceinture d’astéroïdes abritant les réfugiés des anciens mondes du système est un amas important de débris, qui durant des millénaires fut exploité pour ses métaux rares, mais surtout pour ses cristaux héliotropiques. Incapables de soutenir la vie de par sa proximité avec le soleil bleu, l’Anneau est désormais occupé par des communautés ayant aménagées les vieux puits de mines pour en faire des cités, protégées par des boucliers d’énergie alimentés par le soleil.

Les conditions de vie sont difficiles, mais les twol’myash’laam ont su s’adapter à l’environnement hostile afin de poursuivre la lutte contre le Néant extérieur. Les cristaux ont poussés en forêts se nourrissant du rayonnement solaire et servent désormais comme principal matériau de construction. Les paysages de l’Anneau ont profondément changés depuis l’arrivée des premiers réfugiés, et de grands changements sont encore à venir.

Port d’accueil : L’Anneau de Twon peut être considéré comme un vaste port spatial, dont chaque planétoïde serait un secteur spécialisé bien précis. Outre sa flotte marchande forte de quelques centaines de nefs, certaines de très gros tonnage, la coalition des nations rassemble des forces militaires impressionnantes, et seules garantes de la survie de tous face au Néant extérieur.

Malgré des conditions de vie rigoureuses, le commerce reste au cœur des relations entre les twol’myash’laam, qui troquent essentiellement ce qu’ils et elles peuvent récupérer de dangereux périples dans le reste du système. Toutes les antiquités prennent désormais une valeur incroyable, et des objets aussi anodins que de la vaisselle ou des étoffes brodées tiennent lieu de trésors purement sentimentaux.

Chaque peuple de Twon s’est ainsi spécialisé dans la récupération des objets façonnés par leurs ancêtres, et bien que certains artisanats subsistent encore au sein des cités portuaires, seul l’ancien semble intéresser les réfugiés de l’Anneau.

Il existait, du temps de l’empire, de nombreuses et puissantes guildes de négociants, mais la survie a poussée chacun à œuvrer pour lui-même, et ces structures n’existent plus. La richesse d’un twol’myash’laam est désormais sa nef, qui est souvent un lieu de vie.

Ressources : Si les gisements de métaux divers et souvent précieux sont loin d’être taris, ce sont les champs de cristaux héliotropiques qui représentent la principale ressource des astéroïdes de l’Anneau.

Longtemps exploités par des mineurs solitaires et intrépides, ils sont devenu la matière première pour ériger des cités, développer les coques de nouvelles nefs spatiomantiques, et surtout pour créer les fondements d’une nouvelle civilisation, d’une nouvelle espèce. Les twol’myash’laam se sont en effet liés au règne minéral afin d’accroître leurs chances de survie, les plus puissants parmi eux sont de véritables noyaux d’énergie solaire.

Cultures : La culture de Twon est vieille de plusieurs dizaines de millénaires, et regroupe près de trois cent peuples différents. A son apogée, l’antique Empire de Twon influença pas moins de dix-huit systèmes stellaires sous sa coupe, et probablement trois fois plus de manière indirecte. On retrouve d’ailleurs des traces de ce formidable rayonnement à travers l’ensemble de la région des Sphères brisées, et certains objets se retrouvent également aux confins des Soixante Sphères.

Dans leur quête pour la survie, les twol’myash’laam ont décidé il y a longtemps de cesser leurs querelles intestines et de former un seul et même peuple, puisant dans des sciences désormais oubliées, ils engendrèrent de nouvelles générations combinant le meilleur de tous les peuples composant jadis leur empire, et parvinrent alors à entrevoir un espoir. Plus récemment, la recrudescence des attaques d’entités excessivement puissantes et redoutables, émergeant du Néant extérieur, contraignirent les plus brillants esprits twol’myash’laam à envisager la fusion ultime entre la chair et le cristal. Plus qu’un nouvel espoir, les pouvoirs développés par ce procédé amenèrent l’idée d’une reconquête, ou en tout cas celle d’une ultime bataille face à la menace d’extinction.

Les twol’myash’laam sont représentés par le Conseil de Twon, qui regroupe les plus puissants représentants de chacun des anciens peuples. Car si la barrière des espèces a bien disparue, les communautés ont fait le choix de préserver beaucoup des anciennes traditions, toujours dans l’espoir de pouvoir un jour prospérer de nouveau. Les conseillers sont sélectionnés par l’ensemble de leur communauté, en fonction des besoins du moment, et depuis plusieurs générations, il va sans dire que trois-quarts des membres du Conseil de Twon sont des combattants expérimentés.

Chaque communauté consacre une partie de ses ressources à l’entretien d’une flotte de guerre, mise à disposition de son conseiller. Plusieurs assistants sont également alloués et servent d’éminences grises comme d’officiers. La société twol’myash’laam est de nature collectiviste, autant de manière traditionnelle que par nécessité, et si des tensions existent entre les communautés, elles sont sans commune mesure avec les guerres qui menacèrent maintes fois d’extinction l’ancien Empire de Twon.

Sites notables : L’Anneau est un lieu bourdonnant désormais de vie. Une volonté commune anime les twol’myash’laam qui œuvrent de concert afin de préparer un avenir pour les jeunes générations. Le champ d’astéroïdes à été totalement transformé après la destruction de Kwon, le monde le plus proche du soleil, et il ne subsiste guère de lieux sauvages dans cette région du système.

Les vestiges abondent cependant, au cœur du domaine du Néant extérieur. Les plus intrépides explorateurs parlent de phénomènes terrifiants, de planètes brisées comme de torrents d’énergie noire. Les anciennes planètes de Twon-Ladrak restent toujours de dangereuses sources de richesses et d’artefacts perdus, et nombreux sont celles et ceux osant braver les dangers de ces lieux.

La non-étoile naissante occupe l’emplacement de la planète extérieure du système, Y’won, dont le manteau fut brisé en plusieurs morceaux par les griffes d’une créature cosmique composée de néant. Les sages de Twon estiment que les entités du Néant extérieur parvinrent à maintenir intact le noyau planétaire, et grâce à de sinistres rituels, transformèrent celui-ci en non-étoile, un gouffre abyssale attirant à lui la matière, pour la dévorer.

Celles et ceux qui parviennent jusqu’aux confins du système savent que même les plus puissantes nefs spatiomantiques sont inexorablement attirées par la non-étoile, dont l’influence ne cesse de croître au fil du temps. A terme, les plus pessimistes estiment que même le soleil bleu sera lentement attiré par ce phénomène, et qu’il s’agit-là de la méthode habituelle des entités du Néant extérieur pour anéantir des systèmes.

La Flotte xayeet est une véritable armada d’épaves organiques pétrifiées par le Vide, continuant à suivre une trajectoire extrême à l’extérieur du système, à vitesse réduite. Formée en hâte par les Xayeet, un peuple amphibien vassal de l’ancien empire, la flotte tenta de fuir le Néant extérieur en regagnant un amas de gaz éthériques dominés par l’Eau et le Sel, les deux éléments de prédilection de ce peuple. La flotte fut malheureusement guidée par un jeune navigateur qui se trompa dans ses calculs, et rencontra le Néant extérieur.

De nombreux pillards viennent désormais tenter leur chance au sein des épaves de l’armada xayeet, qui renferment les richesses d’un peuple ayant vécu dans l’opulence. Mais les dangers sont grands, car les grandes coques organiques sont partiellement inondées, et renferment de nombreux prédateurs nés dans le Néant extérieur.

Sur l’elliptique du monde médian de Swon se trouve le Sanctuaire des Premiers cristallins, un lieu qui rassembla les premiers êtres à tenter la fusion entre la chair et le cristal. Alors traqués par toutes les forces de l’empire, ces précurseurs disparurent du jour au lendemain, non sans avoir laissé derrière eux de nombreuses tablettes indiquant le fruit de leurs recherches. Entouré par un bouclier d’énergie primitif, le sanctuaire renferme de prodigieuses reliques d’un autre âge, et rares sont les aventuriers à pouvoir revenir vivant d’un périple en son sein. Il se dit que le premier Conseil de Twon à avoir envisagé ce procédé de la fusion s’inspira d’objets ramenés de ce lieu.