Le Nabra-Sanuu

Asteroid Belt Hi-Res

 Type de monde: Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille: Majorité de Taille B

Rotation: Aucune

Révolution: 89 jours

Lunes: Aucune

Population: 184 349 Zalarians, 32 045 Valoriens

Magie: Magie profane dominante [Algemmie rituelle]

Le Nabra-Sanuu est une ceinture d’astéroïdes au plus près du soleil vert de la Sphère de Namasa. Le rayonnement solaire a favorisé depuis des millénaires le développement d’une végétation adaptée à l’absence de gravité, et ayant engendrée des atmosphères autour des plus gros planétoïdes. Nul ne sait si les Reigar, ou un autre peuple ancien, favorisèrent l’émergence de la Vie en ce lieu, mais il apparaît que de nombreuses formes insectoïdes ont depuis longtemps adoptées l’environnement Nabra-Sanuu, formant une complexe chaîne alimentaire dans laquelle les nouveaux venus, comme les Zalarians, représentent une menace amenant la plupart des espèces natives à réagir avec hostilité et violence.

Ports d’accueil: Ce sont les Guildiens qui ont établis le premier port spatial du Nabra-Sanuu, en 3608 cz. Le Maître-Guildien Osar Nols négocia âprement et directement avec les membres du Haut-cercle, qui accordèrent la fondation et le développement de Nabra’Dares, une enclave Guildienne comptant parmi les plus éloignées des Maisons-mères.

Nabra’Dares a été bâtie sur des ruines mystérieuses et toujours partiellement explorée, sur un planétoïde doté d’une atmosphère supportable par les Valoriens et autres Guildiens des Sphères Connues. Une légère gravité permet de prudents déplacement au sein des cinq cavernes à ciel ouvert formant le port. Des galeries anciennes et recouvertes de fresques stylisées relient entre elles les cavernes, et d’autres passages s’enfoncent au cœur du planétoïdes, vers des ensembles de salles vides. Au moins trois niveaux sont encore à explorer, et certaines reliques ramenées des plus récentes expéditions indiquent un style inspiré de celui des Reigar.

Le port spatial abrite une dizaine de Barges Goshènes, employées pour le transport des marchandises et des passagers au sein du Nabra-Sanuu. La Guilde des Navigateurs entretien le comptoir mais laisse libres les autres Guildes de mener leurs affaires à partir du seul port spatial au cœur de ce système. De trois à cinq Négociants sont toujours présents sur les plates formes de Nabra’Dares, leurs cargaisons sont exclusivement réservées aux Guildes et restent une proie de choix pour les pirates et maraudeurs des Confins.

Le Maître-Guildien Pietrel Nortel à la charge de gouverneur depuis deux décennies, il doit composer avec ses pairs, de passage sur son territoire et réclamant faveurs et passes-droits, il doit également tolérer les exigences des membres du Haut-cercle Zalarian, toujours en conservant un halo de secret autour des ressources qu’il lui faut mobiliser pour eux. Les conflits liés aux dissensions entre seigneurs des deux mondes voisins entraînent également des troubles dans les quartiers du port où les Zalarians s’affrontent parfois lorsque les nouvelles de leurs communautés arrivent.

Nabra’Dares possède une petite troupe d’une trentaine de guerriers aguerris, grassement payés par la Guilde des Navigateurs. Ils sont appuyés par une soixantaine de combattants Zalarians mais doivent constamment se méfier de ces derniers, la guerre civile ne faisant que commencer à s’apaiser.

Ressources: Le Nabra-Sanuu est riche en ressource minérales et végétales, sa faune s’est depuis longtemps diversifiée, à tel point que les Zalarians les plus érudits soupçonnent que bien des créatures adaptées à cet environnement hostile à la Vie leurs sont encore inconnus.

Depuis la découverte d’un Zonozien encore vivant, en 3108 cz, les rumeurs concernant d’autres entités géantes des temps anciens ne cessent d’abonder. Des traces existent, indiquant en effet la possible existence de colossales créatures au sein du Nabra-Sanuu, mais jusqu’à présent, les colons des mondes proches se sont cantonnés à quelques planétoïdes autour du Cercle algemmique de Tanasa, laissant les ruines anciennes plus éloignées aux générations futures.

Nabra influence grandement la Vie de par son rayonnement, et au sein de la ceinture d’astéroïdes, les jeunes générations Zalarianes nées en ces lieux développent d’étranges pouvoirs surnaturels, ainsi qu’une forme de lien empathique avec les végétaux.

Cultures: Aucune culture native n’existe au sein du Nabra-Sanuu, bien que la ceinture d’astéroïdes fut fréquemment visitée depuis de nombreux millénaires. Les Zalarians ne sont que les derniers colons et ils se limitent toujours à quelques planétoïdes à l’atmosphère respirable, pouvant être ralliés depuis le seul Cercle algemmique connu à ce jour. Les Magiciens ritualistes du Haut-cercle sont depuis toujours les maîtres en ces lieux, car seule leur magie permet aux Zalarians de voyager d’un astéroïde à l’autre.

La présence Guildienne n’a guère changé cet état de fait, bien que le commerce soit bien plus prospère et que les Barges solaires offrent une alternative à ceux des castes Nasa et Rama.

Depuis que le Haut-cercle s’est établi au sein du Nabra-Sanuu, paradoxalement, les Magiciens sont bien moins accessibles pour ceux des communautés Zalarianes qui souhaitent voyager. Il n’est pas rare que le Cercle algemmique de Tanasa soit condamné et gardé par les Veilleurs, des constructions magiques impitoyables.

La cité est d’ailleurs désignée du nom de Tanasa-aux-Trois-Couronnes, rappellant tout étant une sombre époque de l’Histoire Zalariane que le contrôle exercé par les trois membres éminents du Haut-cercle.

Sites notables: Le Nabra-Sanuu est toujours un lieu plein de danger, où les Guildiens limitent leur négoce, et où seuls les plus aventureux Zalarians font le choix de s’établir. Des forces anciennes s’exercent toujours à travers les étranges rayonnements verdâtres du soleil, et il n’est pas rare de voir des espèces insectoïdes entières adopter soudainement un comportement singulier, le plus souvent agressif à l’égard des nouveaux venus.

Des ruines nombreuses existent, sans doute également des cités oubliées n’ayant pas encore été découvertes par les explorateurs modernes.

Parmi celles-ci se trouve Colasharm, une étonnante ruche minérale exempte de végétation, et couvrant l’intégralité d’un planétoïde solitaire, proche du soleil. De grandes salles alvéolées sont imbriquées jusqu’au cœur de l’astéroïde où se trouve un vortex d’Eau, sans doute le seul de ce système. Colasharm fut tout d’abord excavé par une espèce locale d’insecte géant dévoreur de roche. Mais ce furent les Nolok qui vinrent depuis Natasa en utilisant leurs prodigieux pouvoirs hérités des Reigar. Les Nolok ne furent jamais très nombreux et leur peuple migra soudainement à travers le Vide, jusqu’aux abords du soleil vert. Un mystérieux appel les avaient guidé jusqu’au planétoïde mort mais étrangement criblé de galeries menant au vortex élémentaire. Les Nolok consacrèrent du temps afin d’orner les nombreuses galeries de fresques narrant leur Histoire, ainsi que celle des peuples qu’ils avaient connus. Puis, tous franchirent le passage et disparurent.

La Ruche de Colasharm n’a toujours pas été redécouverte mais offre une atmosphère viable, entretenue par des runes anciennes des Nolok, ainsi que de nombreuses connaissances sur le lointain passé de cette Sphère de cristal.

Tanasa est la capitale Zalariane d’un territoire sans véritable seigneur. Même avant les troubles de l’Âge des Fratricides, le Nabra-Sanuu n’était qu’un lieu sauvage permettant aux Seigneurs des Falaises d’y envoyer en exil ceux de la caste Zala qui faisaient de l’ombre à leur règne.

Désormais sanctuaire principal du Haut-cercle, la cité s’est littéralement divisée en deux entités bien distinctes ; Les Magiciens et leurs serviteurs occupent le Quartier de la Couronne, bâti sur les ruines de précédentes occupations, à la surface d’un planétoïde portant lui aussi le nom de Tanasa. Le Cercle algemmique est au cœur de ce quartier, désormais très fortifié et peuplé de dizaines de Veilleurs, des golem élaborés à grands frais par les plus puissants Magiciens Zalarians vivants désormais au sein de nouvelles structures spiralées. Le Quartier du Puits est un ensemble de ruines entourant la Couronne mais n’ayant pas bénéficié des pouvoirs des Magiciens, ni même des largesses des Seigneurs des Falaises. Le fameux Puits est un passage doté d’un escalier descendant vers un ensemble de niveaux souterrains toujours inexplorés.

Chaque quartier de Tanasa mène sa propre existence, les relations sont réduites à quelques tractations marchandes, mais une certaine animosité règne bien entre les habitants de la Couronne et du Puits.

Malgré cela, ce sont bien les Magiciens du Haut-cercle qui imposent leur autorité lorsque cela est nécessaire. L’Âge des Fratricides en train de s’achever à vu bien des tentatives pour isoler les communautés du Nabra-Sanuu du reste du système, et les Magiciens de la Couronne ont toujours su prévenir le scellement ou la destruction du Cercle algemmique.

Le Sanctuaire du Haut-cercle est un dôme recouvrant les trois niveaux souterrains séparant la surface de la salle du Cercle. Un puits de jour a été aménagé afin d’apporter chaleur et lumière au plus profond du sanctuaire où une dizaine de jeunes Magiciens consacrent leur temps à étudier les savoirs anciens, sous la tutelle des trois Hauts-maîtres régnant sur les lieux depuis leurs tours en spirales.

Nolyor Tirn est un spécialiste des enchantements d’objets, il possède sans doute le plus vaste savoir concernant les rituels permettant de façonner des reliques, mais reste particulièrement faible pour ce qui est de résister aux avances de ces disciples féminines. Délaissant totalement les affaires courantes à ses novices les moins doués pour les arcanes Zalarianes, il n’a que mépris pour les membres des autres castes et voit d’un très mauvais œil la présence de plus en plus importante des nefs Guildiennes faisant du négoce avec les gens du Puits.

Forli Zilt a favorisé l’approfondissement des rituels protecteurs durant les cinquante premières années de sa vie, il se consacre désormais au développement de sortilèges offensifs, particulièrement mortels et imparables. Il ne forme que trois disciples et les entraîne personnellement à travers les dangers du Nabra-Sanuu, afin de parfaire leur apprentissage tout en collectant des reliques anciennes.

D’apparence affable, ouvert et tolérant, le Haut-Magicien est en fait un individu calculateur et impitoyable, n’ayant de considération réelle que pour les puissants. Il a discrètement prit le contrôle des Veilleurs de Tanasa, grâce à un étrange artefact découvert sur un planétoïde lointain. Bien qu’il soit considéré comme un Magicien ritualiste, il n’hésitera pas un instant à rallier les jeunes Algemmistes de Natasa si la balance de pouvoir penche en leur faveur.

Certil Oron est le troisième maître de la cité, bedonnant et souriant en permanence, il s’extasie face à la moindre réussite de ses nombreux disciples et novices, les encourageant à œuvrer ensemble et à aider ceux des autres castes, plus défavorisés. Maître de la divination, il est le conseiller des Seigneurs des Falaises, et bon nombre des jeunes Zalarasa réclament également ses conseils sur la conduite à tenir. Certil Oron est ainsi l’une des figures Zalarianes parmi les plus renommées, il parle habituellement au nom de son ordre, permettant ainsi d’apaiser les plus violentes contestations ou oppositions.

Mais tout ceci n’est qu’une façade, un masque pour une entité ayant depuis longtemps prit le contrôle du Haut-Magicien, et bien d’autres avant lui. Instigateur de l’Âge des Fratricides, le Tyasanar est une créature végétale nourrie par Nabra et possédant une conscience ancienne. Estimant avoir l’éternité pour mener à bien ses plans, il utilise des spores lui permettant de coloniser les êtres vivants mais ne peut réellement manipuler qu’un seul esprit fort à la fois.

Nul ne peut connaître ses visées qui s’étendent sur les millénaires, mais il a poussé le Haut-Magicien a établir un sanctuaire secret au cœur même du Quartier du Puits, où il peut explorer les terribles mystères de l’hybridation entre les espèces. Des rumeurs commencent d’ailleurs à circuler, sur d’épouvantables monstres rôdant dans les niveaux supérieurs du Puits, horreurs mélangeant des traits Zalarians à des appendices insectoïdes.

Les abords de Tanasa sont recouverts par une épaisse jungle dominée par les nuances pourpres caractéristiques de la végétation dans ce système. D’autres ruines, semblables à celles de la ville, peuvent être trouvées, mais il ne fait pas bon errer sous cette canopée, où prolifèrent une espèce de scolopendre géant extrêmement agressif, le Sar. Les habitants du Puits les plus désoeuvrés se risquent parfois par-delà les fragiles palissades défendant la cité des créatures de la jungle, bien peu reviennent de leur tentative pour trouver un havre sous la canopée, la plupart ont des propos délirants concernant d’étranges créatures vivant au sein des ruines les plus éloignées.

Histoire Namasane

Comet-Lemmon

Tandis que s’effondre l’Empire des Soixante Sphères et que débute l’Âge des Prétendants au sein des Sphères Connues, Namasa possède déjà une Histoire vieille de plusieurs dizaines de millénaires. Mais les peuples occupant ce système ont pratiquement tout oublié de leurs anciens maîtres disparus, leurs civilisations conservent bien des marques laissées par une douzaine de peuples anciens, le Temps à cependant fait son œuvre, et le lointain passé n’est plus qu’un ensemble de mythes et de légendes se mélangeant parfois à tel point que toute réalité sous-jacente disparaît.

Peut-être est-ce le fruit d’une quelconque force cosmique, mais un nouveau calendrier est mis en place pratiquement au moment où l’ensemble des peuples des Sphères Connues fini par adopter celui des Syndarhaan. Une nouvelle ère Namasane débute.

Les Zalarians sont alors les maîtres des grandes tranchées équatoriales de Nadasa, la position de leurs grandes cités en équilibre au sommet des falaises les plus hautes de leur monde leur donne accès aux richesses minérales du Nord, et aux abondantes ressources végétales du Sud. Ils ont été approchés par les ambassadeurs de la Sphère Guildienne et disposent depuis peu d’une petite flotte spatiale. Mais bien avant cela, ils ont su imposer leur vision de l’univers aux autres peuples du système de Namasa, employant pour ce faire des Cercles algemmiques, fruits du savoir perdu d’un peuple ancien, qui leur donne la capacité de voyager d’un monde à l’autre, et jusqu’aux planétoïdes du Nabra-Sanuu.

Le calendrier Zalarian (cz) est ainsi établi à la fin de l’Âge des Conquêtes, il marque un puissant désir d’apaisement entre les peuples ayant consacrés les derniers millénaires à s’entretuer sur Nadasa.

L’An 1 est marqué par l’unification des Falaises Zalarianes, dont les seigneurs font le choix de fondre leurs épées légendaires dans un énorme cristal isolé sur une île au milieu d’un lointain océan de magma.

Bien que les Cercles algemmiques soient connus depuis longtemps des Magiciens Zalarians, c’est en 23 cz que le Haut-cercle, l’ordre gardien du savoir ancien, décide d’offrir l’accès aux cinq Cercles connus aux Seigneurs des Falaises.

En 75 cz, l’Ordre guerrier du Ramanasa est formé par les Seigneurs des Falaises qui souhaite explorer les territoires par-delà les Cercles algemmiques. En se basant sur les anciens écrits à la disposition du Haut-cercle, une centaine de Ramanasa franchissent le Cercle menant au cœur de l’ancien Domaine Reigar de Siliri-Manosor, sur Natasa. La troupe d’élite y trouve des ruines antiques, piégées et peuplées uniquement de gardiens mystiques aux pouvoirs déclinant. L’abondance de connaissances anciennes incite le Haut-cercle à établir son principal sanctuaire en ce lieu, qui conserve son nom Reigar.

La Désolation pyrétique est un nuage de vapeurs incandescentes qui se manifeste en l’an 109 cz et frappe les Cités des Falaises. Des centaines de Zalarians s’embrasent dans les rues, tandis que ceux qui pensaient être protégés par des murs épais sont cruellement brûlés. La Désolation pyrétique poursuit sa course sur la canopée australe, provoquant des incendies qui ravagent des milliers d’hectares boisés.

En 241 cz, la caste des guerriers Rama devient si influente que les Seigneurs des Falaises préfèrent cantonner ses membres sur Natasa, dans de nouvelles cités éloignées des Cercles algemmiques, et sous la surveillance de quelques loyaux serviteurs chargé de maintenir les dissensions entre les chefs des Rama.

En 309 cz, dix colonies Zalarianes sont établies sur Natasa. Les jeunes héritiers de la caste régnante des Zala deviennent gouverneurs de ces communautés, sous la bienveillante tutelle de leurs parents.

La Quête du Onzième Sceau Romodian implique tous les membres du Haut-cercle qui sillonnent les deux mondes ainsi que la ceinture d’astéroïdes du Nabra-Sanuu. Tous recherchent le mystérieux Onzième Sceau mystique forgé par le peuple disparu des Romodians, les dix autres sont déjà en possession des plus puissants membres du Haut-cercle, mais le Onzième serait une clé permettant de créer de nouveaux Cercles algemmiques.

Malheureusement, lorsque ce fameux sceau est enfin découvert dans une caverne du Nabra-Sanuu, les Septième, Neuvième et Dixième disparaissent avec leurs possesseurs.

En 532 cz, le cadavre du Grand drake algemmique est découvert non loin d’un sixième Cercle algemmique brisé, au cœur de la canopée australe de Nadasa. Le corps est fossilisé par le temps mais les gemmes incrustées dans ses écailles pétrifiées possèdent encore un pouvoir qui est employé à la forge de trois couronnes destinées aux plus anciens et sages Seigneurs des Falaises.

Malheureusement, une conscience malfaisante liée aux dracogemmes prend le contrôle des porteurs de couronnes qui menacent leurs pairs et manquent de plonger tous les Zalarians dans une guerre civile sanglante.

Un groupe d’aventuriers démasque les manigances des Seigneurs Couronnés, mais s’ils parviennent à briser l’une des reliques, les deux autres disparaissent dans un ultime combat où la forme spectrale du Grand drake algemmique s’élève dans les cieux.

Les Révoltes de la caste Nasa embrasent brièvement les Cités des Falaises entre 754 et 762 cz. Les guerriers Ramanasa maîtrisent les insurrections les unes après les autres, mais leurs chefs prennent conscience de leur position subalterne au sein de la société Zalariane. Les sages relèveront par la suite des tractations secrètes entre Rama et Nasa, afin que cessent les émeutes en échange d’une alliance pour l’obtention d’un territoire autonome loin de l’influence Zala.

En 843 cz, les représentants de la caste Rama se sont discrètement regroupés sur Natasa et prennent le contrôle des nouvelles métropoles du pôle septentrionale. Si ces dernières ne représentent pas une grande perte pour les Seigneurs des Falaises, elles sont idéales pour la formation des guerriers Ramanasa qui exige des conditions climatiques rigoureuses. Les nouveaux seigneurs prennent le titre de Ramarasa et règnent sur les Cités du Fer.

L’An 1000 du calendrier Zalarian est marqué par l’apparition d’une nuée de comètes frappant Nadasa de plein fouet. Les chaînes volcaniques septentrionales déversent toutes en même temps des torrents de magma dans les plaines, les flots les plus violents frappent les Cités des Falaises les plus récentes, tandis que des nuages de scories obscurcissent le ciel pour un siècle.

Pire encore, les comètes ont libérées des nuages de spores qui ne touchent heureusement pas les tranchées équatoriales. Malgré tout, de l’autre côté du monde, de nombreuses espèces sont transformées et finissent par se répandre partout.

En 1398 cz, les Nomodians refusent la présence des Zalarians sur leur territoire enserrant le pôle austral de Natasa, où toutes les anciennes légendes convergent pour y décrire cités fabuleuses et prodiges des anciens. Les Nomodians sont de redoutables guerriers ainsi que des adeptes d’une forme rudimentaire d’algemmie. La guerre semble inévitable entre les deux peuples, mais à cette époque, des tentatives sont faites pour entretenir une paix fragile.

Le Haut-cercle déplace son sanctuaire principal au sein du Nabra-Sanuu en 1743 cz, là, des ruines Reigar ont été récemment découvertes, et les connaissances qui s’y trouvent semblent compléter celles trouvées dans Siliri-Manosor. C’est à cette époque que les membres du Haut-cercle limitent l’accès à leur savoir et deviennent excessivement méfiant vis-à-vis des Seigneurs et de la caste Zala en général.

En 1856 cz, le Mouvement algemmique prend de l’ampleur sur Natasa. Plusieurs jeunes Zala apparentés aux Seigneurs des Falaises ont longuement étudiés les anciennes traditions toujours considérées comme interdites par les membres du Haut-cercle, ils se réclament de la mouvance algemmique, encore peu répandue mais dont les rituels marquent les esprits, particulièrement sur Natasa.

Les Seigneurs des Falaises se réunissent une nouvelle fois en 2008 cz afin de renouveler leurs liens ancestraux. Les Magiciens du Haut-cercle profitent de l’occasion pour exiger une restriction à la connaissance, les libertés concédées par les seigneurs depuis plusieurs décennies ayant amenées l’émergence de mages refusant l’autorité du Haut-cercle, particulièrement sur Natasa où certains indépendants se font appeler Algemmistes.

En 2168 cz, la Guerre des Nomodians conclue l’extinction totale de ce peuple aux origines nébuleuses mais qui formait le dernier rempart à l’exploration par les Zalarians du Pôle austral de Natasa. Les ruines antiques à explorer y sont tellement nombreuses que des communautés s’établissent durablement en ces lieux.

Les ruines polaires de Natasa deviennent un haut lieu de la pratique algemmique, où les plus brillants esprits se regroupent et contestent de plus en plus fréquemment la culture du secret de leurs aînés. En 2414 cz, plusieurs des plus puissants Algemmistes Zalarians font le choix de rallier le Nabra-Sanuu pour y établir des sanctuaires secrets.

En 2623 cz, le Fléau des Spores pourpres frappe le monde de Nadasa. Seules les communautés à l’abri de la canopée australe sont immunisées, tandis que ceux des cités des falaises subissent d’épouvantables malformations les tuant à petit feu. Ceux de la caste Zala cherchent à franchir les Cercles algemmiques afin de trouver refuge dans les colonies, mais les populations de Natasa repoussent ces individus contaminés, exigeant de leurs Algemmistes de sceller les passages.

Cet acte marque la rupture définitive entre les Magiciens du Haut-cercle de Nadasa et leurs disciples Natasans qui fondent par la suite leur propre Cercle.

En 3002 cz, les jeunes Seigneurs de Natasa déclarent leur indépendance vis-à-vis de leurs parents. Ils prennent le titre de Zalarasa et fondent rapidement de nouvelles dynasties grâce au soutien des Maîtres-Guildiens présents au sein du système, plus intéressé par les ressources minérales que par les anciens savoirs rassemblés dans les cités des falaises de Nadasa.

Le Zonozien est découvert en 3108 cz par des explorateurs à la solde du Zalarasa Pyor Prenil. En explorant des planétoïdes du Nabra-Sanuu, ils découvrent un être colossal, dernier représentant d’un peuple oublié, apparemment apparenté aux Nariac, et sur lequel le rayonnement de Nabra a fait proliférer une dense végétation. Le Zonozien est éveillé par la magie des Zalarians et les pourchasse à travers la ceinture d’astéroïdes, jusqu’à ce qu’il bascule dans un puits gravitationnel, vers le soleil vert qui le consumme.

En 3234 cz (9703 cs), une flottille de nefs célestes traverse le ciel de Nadasa. D’étranges êtres débarquent aux abords de Manatara et font usage d’une magie primitive mais efficace. Ils représentent une puissance marchande lointaine qui souhaite sceller des accords avec les Zalarians.

Les Seigneurs des Falaises acceptent et deviennent des alliés et clients des Grands-maîtres de la Sphère Guildienne.

L’Âge des Fratricides débute et s’étendra sur un millénaire. Les Grands-maîtres Guildien chercheront dans un premier temps à prendre position, mais la situation s’envenimera rapidement, menaçant même les flottes marchandes en partance des mines de Natasa.

Durant cette période, les anciennes lignées seigneuriales seront pratiquement toutes exterminées et plusieurs guerres impliqueront des Magiciens renégats du Haut-cercle, avides de pouvoir et n’hésitant pas à briser les Cercles algemmiques pour conférer un avantage stratégique à leur seigneur du moment.

En 4231 cz, les Pirates de Gith représentent toujours un grand danger pour les navires Guildiens qui ne peuvent désormais plus compter sur la protection des nefs Zalarianes, mobilisées dans une guerre civile interplanétaire.

En toute discrétion, le Maître-Guildien Frad Elms octroi des territoires dans les Confins aux Illithid des Grandes enclaves. Les Pirates de Gith sont anéantis, mais les Flagelleurs mentaux ont désormais prise sur l’espace de Namasa.

4491 cz voit de grands troubles à la surface du soleil pâle de Namasa, des visages difformes et colossaux se manifestent, accompagnés par l’apparition de nouvelles nuées cométaires rendant toute navigation extrêmement risquée, même dans les Confins du système.

La Sphère Namasa

sun-green

La légendaire Sphère oubliée de Namasa fut redécouverte en 9703 cs par la Maîtresse-Guildienne Brenild Hols durant le grand pèlerinage de Ptah. Orbe à l’aveuglante teinte d’émeraude, difficile d’accès depuis le Phlogiston, Namasa abrite un système de deux mondes telluriques riches en métaux rares et en gemmes. Le soleil vert pâle est nommé Nabra par les autochtones, qui lui attribuent une nature divine ayant une influence certaine sur le règne végétal. Cet astre est d’ailleurs ceint d’une couronne d’astéroïdes massifs, tous recouverts par une épaisse végétation résistant au rayonnement pourtant intense du soleil proche. Le Collier du Nabra-Sanuu est peuplé par des espèces insectoïdes nombreuses, apparentées aux mystérieux S’unn Kreen de la Sphère Pourpre.

 Une autre ceinture d’astéroïdes occupe les Confins de la Sphère de Namasa. Les plus importants planétoïdes semblent avoir également abrité une dense végétation, désormais gelée par le froid intense de l’Espace sauvage. Il est probable que ces débris furent éloignés du soleil vert par un antique phénomène cosmique. Les lieux sont désormais autant de tanières pour des prédateurs du Vide et quelques Pirates de Gith, considérant cette région de Namasa comme leur territoire séculaire.

Le monde de Nadasa est le plus proche du soleil, il bénéficie ainsi d’une épaisse canopée pourpre recouvrant son hémisphère austral, tandis que le Nord est une vaste plaine volcanique où s’écoulent des fleuves de magma en fusion. De grandes métropoles en ruines se dressent sur les plateaux dominant les geysers de lave et un ciel empli de scories. Car si le Sud peut sembler bien plus clément à l’établissement de colonies, il apparaît que toutes les richesses minérales se trouvent concentrées dans l’enfer de feu et de cendre septentrional. Qui plus est, de sinistres ruines oubliées sont dissimulées dans les jungles et renferment de terribles monstres non-morts.

 Natasa, le monde le plus éloigné du soleil, fut de tout temps un comptoir minier exploité pour ses veines de métaux rares et ses gemmes. Les traces des Reigar y sont encore visibles, tout comme celles d’une douzaine de cultures anciennes, souvent oubliées par les peuples des Sphères Connues mais ayant encore une influence certaine sur les sociétés occupant toujours les lieux.

 L’activité cométaire au sein de la Sphère de Namasa fut toujours un grave problème pour les navigateurs du Vide qui peuvent rencontrer de véritables nuées de centaines de débris charriant avec eux une atmosphère viciée et imprégnée d’une multitude de spores agressives. Ceux qui parviennent à manœuvrer suffisamment vite pour éviter les comètes se voient affectés par les nuages de spores, porteurs de Vie à grande échelle, mais tuant à coup sûr n’importe quelle créature.

L’un des peuples anciens qui vécu et s’éteignit sur Natasa consacra beaucoup de temps à établir des calendriers cosmiques qui furent gravés dans l’émeraude éternelle, sous la forme de grandes roues ornementées, encore visibles au sein de ruines instables. Ces chartes permettent encore de prédire la trajectoire des comètes namasanes et depuis peu, plusieurs Quêteurs du Savoir se sont consacrés à la traduction et la mise à jour des Roues d’émeraude.