Lycédia, aux tertres célestes

Gas giant test1 par Sophia Dragonslayer

[Layaad-Kunaroo (Clydön)]

Type de monde: Sphérique gazeux

Taille: G (diamètre équatorial de 122 478km)

Echappée: 4 tours

Rotation: 85 heures

Révolution: 1700 jours

Lunes: Lynanth, Lycada

Population: Aucune

Trame magique: Resserrée, magie divine dominante


Planète la plus extérieure du système de Wyrm, Lycédia fut la première conquête des Sorciers durant leur occupation de la Sphère de cristal. Géante gazeuse saturée de nuages de gaz empoisonnés, Lycédia possède un grand nombre de débris rocheux dérivant dans sa haute atmosphère. La gravité sur ces îlots errants est étonnement élevée, et les gaz nocifs limitent les explorations à leur surface.

Des vents puissants soufflent dans les strates célestes intermédiaires, et seules quelques légendes anciennes parlent du Trône de Lycédia, un noyau planétaire fait à partir de nuages pétrifiés où la déesse résiderait.


Ports d’accueil: Les Clydön aménagèrent un grand port militaire à la surface du plus gros monceau de roche dérivant dans la haute atmosphère de Lycédia. Janareet-Preeclorth fut certainement le siège du pouvoir impérial dans la Sphère de Wyrm, car de somptueux palais se dressent encore au milieu d’un champ de ruines autrefois protégé par un dôme de grandes dalles de verre.

Janareet-Preeclorth devait abriter deux à trois milliers d’individus, avec une concentration de son activité autour du port, ensemble de quais et de passerelles suspendues dans le Vide. Une vingtaine de spelljammers devaient pouvoir être accueillit en permanence, et plusieurs grands ensembles de cavernes dans les parois révèlent la présence d’un chantier naval imposant, très sûrement le plus important dans la région des Sphères de la Ligue.

Ceux qui succédèrent aux Sorciers parmi les ruines de leur métropole portuaire semblent ne pas avoir su maîtriser le spelljamming. Leur propre civilisation disparue tandis que la magie protectrice du dôme s’affaiblissait, laissant entrer des nuées de gaz empoisonné.

Depuis plusieurs millénaires, les ruines de Janareet-Preeclorth sont peuplées d’étranges non-morts humanoïdes se regroupant en meutes, telles des goules dont l’haleine est un souffle nocif. Il subsiste peu d’éléments architecturaux antérieurs à l’occupation de ces êtres, sans nul doute esclaves affranchis du joug Clydön.


Ressources: Lycédia offre avant tout des zones d’atterrissage aux navires devant subir des réparations après un long périple à travers l’Espace sauvage. Bien que son atmosphère soit toxique pour la plupart des êtres vivants, de nombreuses ruines possèdent encore des protections magiques entretenant des enveloppes d’air respirable. De tels lieux sont généralement occupés par des hordes de non-morts inférieurs, mais disposent cependant d’au moins une plateforme en mesure d’accueillir un spelljammer, et généralement un entrepôt contenant de quoi accomplir les principales réparations.

Cultures: de l‘émergence de Chi’Tan en 799cs aux abords de la Chute des Syndarhuun en 1971cs, la culture Lycanaat se développe sur les ruines laissées par les Clydön. Née d’une alliance entre plusieurs communautés d’esclaves emmenés là depuis de nombreuses Sphères de cristal, la Coalition Lycanaat est dominée par une caste de guerriers brutaux et tyranniques, qui sont conseillés par quelques sorciers possédant une connaissance très fragmentaire du savoir mystique de leurs anciens maîtres. Les dissensions sont nombreuses, et d’après un ensemble de fresques disséminées à travers des ruines, il apparaît que les Lycanaat étaient tributaires d’un petit groupe de sorciers, disposant de reliques Clydön leur permettant de voyager d’une communauté à l’autre.

En un peu plus d’un millénaire d’existence, la société Lycanaat ne fait que décliner, hormis durant une brève période durant laquelle une forme d’artisanat basé sur des cristaux semble apparaître. Plusieurs fresques indiquent également que les explorateurs de la Coalition explorèrent les quelques Donjons Ryukkii disséminés dans l’atmosphère de Lycédia, il y a fort à parier que plusieurs de ces aventuriers découvrirent des passages planaires et migrèrent vers les Plans de la Roue.

De la culture Lycanaat subsistent quelques reliques, abandonnées par des groupes cherchant à fuir les métropoles en ruines de leurs anciens maîtres. La volonté divine de Lycédia semble avoir voulu imposer ces communautés disparates à se relever dans la non-mort, et bien que les champs de ruines Clydön attirent toujours des explorateurs sans crainte, les îles rocheuses de la haute atmosphère sont indiquées sur toutes les cartes comme des zones mortelles.


Sites notables: Comme les autres géantes gazeuses du système de Wyrm, Lycédia est un monde hostile à la Vie, où des forces anciennes œuvrent pour affaiblir et détruire les créatures cherchant à se développer en son sein.

Malgré cela, les Sorciers établirent plusieurs cités dans l’atmosphère empoisonnée de cette planète, et avant eux, les Ryukkii vinrent fonder leurs étranges donjons planaires. Ce sont ces derniers que les aventuriers d’outresphère viennent explorer, faisant fi des dangers inhérents à l’atmosphère létale de Lycédia, et qui viennent s’ajouter à ceux des donjons eux-mêmes.

Le Donjon de Kutamaraa est certainement le plus connu des complexes Ryukkii de Lycédia. Comptant seulement cinq niveaux taillés dans la roche verdâtre d’une île dérivant loin de la haute atmosphère, son entrée est un puits aux parois sculptées de crânes difformes. Une douzaine d’épaves de spelljammers sont abandonnées aux abords de ce puits, indiquant le sort funeste réservé à leurs équipages.

Les pièges du Donjon de Kutamaraa font grand usage des vapeurs toxiques propres à Lycédia, qui viennent remplir des salles se verrouillant autour des explorateurs imprudents, où sont projetées sous forme de brume à peine perceptible.

Le glyphe de Kutamaraa se retrouve dans pratiquement tous les donjons Lycédians, il semble avoir été un constructeur Ryukkii de génie, adaptant ses constructions aux lois planaires des réalités au sein desquelles il étendit ses complexes de salles et de galeries.

Le Donjon de Kutamaraa est connu pour renfermer les Onze Armures d’émeraude, des plates forgées dans de l’acier baatorien et incrustées de gemmes semblables à des émeraudes, mais formées à partir de vapeurs cristallisées, donnant accès à leur porteur à nombre de capacités. Bien entendu, les armures sont aux proportions des Ryukkii, mais leur puissance magique attire toujours les aventuriers.

Le Donjon Azylonien est un autre complexe Ryukkii, sur lequel des ruines Clydön furent ensuite érigées. Les non-morts Lycanaat se sont depuis longtemps infiltrés dans les galeries du donjon, en ajoutant à la liste déjà conséquente des dangers.

Les Azyloniens semblent avoir été des explorateurs originaires d’une réalité alternative dans laquelle leur peuple prit le contrôle de nombreux Donjon Ryukkii, leurs rivaux. Un petit groupe aura été piégé au sein de ce complexe, et plusieurs groupes d’aventuriers se heurtèrent à eux. Nul ne sait si les Azyloniens survivent encore au sein du donjon, mais leur férocité au combat fit que durant longtemps, nul n’osa approcher de ce lieu.

Le Donjon Azylonien est réputé pour abriter une bibliothèque mystique particulièrement ancienne, au sein de laquelle les Géants Ryukkii compilèrent les écrits de nombreux peuples anciens. Véritable aubaine pour n’importe quel mage des Sphères Connues, cette légendaire bibliothèque est si difficile à atteindre que bien peu prennent le risque d’entreprendre le périple.

Lynanth

Bien trop proche de Lycédia, la petite lune rocheuse de Lynanth est noyée dans les vapeurs toxiques de la planète. De nombreuses carrières abandonnées indiquent l’activité principale des Clydön sur cet astre, riche en minerais précieux.

Des dômes magiques devaient protéger les sites miniers, mais aucun n’a tenu et l’atmosphère létale de Lynanth invite les voyageurs à s’en détourner rapidement.

Lycada

La petite lune de Lycada est un astre aride, sans végétation, mais possédant une fragile enveloppe d’air respirable. Le Donjon Ryukkii de Mna’kna’ruu occupe ses entrailles et peut être traversé de part en part grâce à un véritable labyrinthe de galeries tubulaires. Plusieurs vortex liés au Plan Elémentaire de l’Air sont disséminés dans cet étrange complexe, et engendrent de violentes bourrasques capables de projeter un groupe d’infortunés aventuriers à l’autre bout de l’astre. Seul le noyau lunaire semble préservé de ces vents mortels, mais il a été lui aussi agencé tel un dédale, où la gravité fluctue soudainement et de manière apparemment aléatoire.

Le Donjon Ryukkii de Mna’kna’ruu est connu pour abriter le Statuaire de Tya-Hoten-Ruln, un puissant Pharaon Goshène qui reçut un don de Geb unique, celui de pétrifier ses ennemis, pour en faire des statues parlantes, contraintes de révéler tous leurs secrets. Plein de haine envers les adeptes des arts profanes, il captura et transforma ainsi plusieurs mages puissants de son époque. Depuis lors, pour bon nombre de magiciens à travers les Sphères Connues, le Statuaire est un lieu de savoir, difficilement accessible, mais contenant de nombreuses connaissances mystiques perdues.

Nycédia, la Tourmente écarlate

.psd planet stock gas giant by sewer-pancake

[Nootaaril-Saatreen (Clydön)]

Type de monde: Sphérique gazeux

Taille: G (diamètre équatorial de 142 876km)

Echappée: 6 tours

Rotation: 42 heures

Révolution: 840 jours

Lunes: Nymanth

Population: Aucune

Trame magique: Diffuse


Quatrième monde du système de Wyrm, Nycédia est une géante gazeuse aux nuages écarlates, traversés par de colossales tempêtes crachant des nuées d’éclairs rouges. Outre des conditions atmosphériques extrêmes, le puits gravitationnel de la planète est particulièrement intense, affectant même des spelljammers croisant aux abords des mondes voisins de Lycédia et de Caldera.

Le Trône de la déesse Nycédia est prétendument un rubis tenant lieu de noyau planétaire. En réalité, ce cœur gigantesque est un dédale de flammes pourpres pétrifiées, passage vers le mystérieux domaine planaire de Celle qui appelle le Souffle carmin.


Ports d’accueil: Il n’existe aucune infrastructure au sein de l’atmosphère tourmenté de Nycédia. Les différents conquérants qui vinrent s’emparer des mondes intérieurs du système de Wyrm négligèrent la planète au premier coup d’œil, comprenant instinctivement que les forces impliquées ne pourraient jamais être apprivoisées.


Ressources: Etrangement, la Tourmente écarlate offre de l’air respirable, contrairement aux autres géantes gazeuses de cette Sphère de cristal. Bien entendu, seuls quelques Capitaines expérimentés peuvent se risquer le long des puissants courants gravitationnels, afin de régénérer leur enveloppe d’air au cœur d’une tempête s’éternisant durant des mois.


Cultures: Aucune espèce ne s’est jamais développée au cœur des nuées de Nycédia. Quelques créatures du Plan Elémentaire de l’Air s’égarent parfois au cœur de la Tourmente écarlate, mais la Vie n’a tout simplement jamais pu s’ancrer au sein de ce monde.


Sites notables: Les strates de nuages écarlates de Nycédia ne renferment que peu de mystères pouvant être étudiés par les sages des Sphères Connues. Le fragile équilibre entre les forces de l’Air et de la Foudre n’existe que par la volonté de la déesse régnant sur ce monde.

Nymanth

La petite lune solitaire de Nycédia est nommée Nymanth, elle possède également une atmosphère respirable, mais se trouve au cœur de perturbations gravitationnelles rendant son approche difficile.

La surface est recouverte par une étrange jungle faite de brumes pourpres cristallisées, reprenant leur état initial au contact d’une importante chaleur. L’étrange jungle lunaire est le territoire des serviteurs draconiques de Nycédia, les agiles Ny’shaan. Nul ne connaît leur nombre, mais leur population s’élève à plusieurs dizaines de milliers, au bas mot. Petite créature reptilienne aux écailles pourpres, dotée d’ailes, de griffes et de crocs, le Ny’shaan se caractérise par sa taille, n’excédant pas les soixante centimètres de long. Doté d’une intelligence rudimentaire, il est couramment employé comme messager ou compagnon de chasse.

Les fidèles de Nycédia reçoivent invariablement un compagnon draconique né sur Nymanth, et pouvant y revenir à volonté. Certains ont même employé cette intéressante capacité pour laisser leur Ny’shaan emporter des objets de valeur sur la lune isolée. Avec le temps, de petits amoncellements de trésors se sont accumulés un peu partout dans la jungle, abandonnés après le funeste devenir des ingénieux fidèles.