Parnatuu, aux Faiseurs de ciel

Afficher l'image d'origine

Monolith par ShahabAlizadeh

Type de monde: Sphérique rocheux

Taille: D (diamètre équatorial de 4872km)

Rotation: 96 heures

Révolution: 824 jours

Lunes: Aucune

Population: 58 472 Forgeliers

Magie: Trame renforcée, magie profane dominante

Le monde de Parnatuu est un grand désert de sable, avec quelques bandes rocheuses sur lesquelles viennent se briser des tempêtes de moins en moins fréquentes. Plusieurs grands bassins poussiéreux semblent avoir abrité des mers peu profondes, et de larges canaux autour des pôles indiquent la présence de fleuves.

Le plus marquant concernant ce monde est son ensemble de monolithes sculptés, formant un vaste réseau recouvrant la surface. Les monolithes sont séparés les uns des autres de cinq kilomètres, aucun n’a été érodé par le temps, et les séismes ne semblent aucunement menacer leur équilibre. Ils possèdent une faible aura d’enchantement, mais sans commune mesure avec les effets qu’ils produisent.

Port d’accueil : Ur-Parnashalaat est ce qui s’approche le plus d’un port spatial, malgré ses dimensions réduites et ses cinq cent habitants. Les vents violents de la haute atmosphère limitent fortement l’usage des spelljammers, et les Forgeliers favorisent depuis longtemps les voies planaires liés à leur Porte des Ur-Kataï.

Une dizaine de spelljammers de moyen tonnage sont toujours disponibles pour les Ensorceleurs Dracostellaires, mais Ur-Parnashalaat reste un comptoir d’un accès peu aisé, au milieu d’une région particulièrement riche en sables mouvants. La communauté est dirigée par un vieux Draconite nommé Tior Kem’Nual, un mage de renom, ayant souhaité contribué encore un peu à l’expansion de la Maison Urst avant de partir rejoindre la Forge. Employant ses équipages pour effectuer des reconnaissances dans le système de Parnatuu, le Draconite espère cartographier tous les sites d’intérêts, pour les prochaines générations d’explorateurs.

Ressources : La planète offre aux Forgeliers qui la colonisent actuellement des richesses minérales, mais c’est essentiellement sa Trame magique renforcée qui représente son principal attrait.

Les Ensorceleurs Dracostellaires ne comprennent pas les grands principes de cette magie à l’échelle planétaire, mais profitent des conditions actuelles sur Parnatuu. Une nouvelle Forge a ainsi été assemblée sur ce monde, et elle puise dans la Trame planétaire afin d’engendrer de nouveaux Forgeliers. Plusieurs sanctuaires consacrent également leurs ressources à des recherches magiques difficiles ailleurs, comme le développement de nouveaux dracogrammes, ou l’étude de forces nouvelles, rencontrées pendant l’expansion du Second empire d’Ukan-Uramazakaal.

Cultures : De ceux qui érigèrent les monolithes de Parnatuu, très peu de choses sont arrivées à la connaissance des marqués de Maiashariith. Les ruines colossales laissent supposer qu’ils furent des Géants, d’une ethnie jamais rencontrée au sein des Sphères Connues, et qu’ils maîtrisèrent très tôt une forme de magie à l’échelle planétaire. Ils pouvaient voyager jusqu’aux Confins de leur Sphère, mais ignoraient tout du Phlogiston.

Les Ensorceleurs de la Maison carapaçonnée suivirent les indications de leurs alliés de la Guilde des Cartographes éthériques. Ils trouvèrent un monde riche en magie, à l’atmosphère saturée de gaz mortels pour les créatures organiques. C’est réellement à partir de Parnatuu que le Grand Draconite Kizias Lim’Tor entame l’expansion de ce qui deviendra rapidement le Second empire d’Ukan-Uramazakaal.

Contrairement aux autres mondes colonisés dans les Sphères Oubliées, celui-ci reste sous le contrôle exclusif de la Maison Urst, qui implante une Forge, et voit la planète devenir le nouveau grand sanctuaire lorsque Ur-Djianaï, dans la Sphère de Forge-mondes, basculera finalement à travers le vortex d’Avalterre, entamant dès lors sa chute vers la Grande nébuleuse étoilée de Kzvim.

De grands travaux ont été entreprit par les Forgeliers, qui aménagent de nouveaux sanctuaires, difficiles d’accès et se fondant dans l’environnement, afin de limiter les menaces extérieures à leur monde. Une nouvelle Porte est même en cours de construction dans les étendues rocailleuses du Pôle septentrional, elle est déjà entourée par les bâtiments d’une cité nommée Ur-Navastaa, qui sert aux Ensorceleurs Dracostellaire de terrain neutre pour discuter des affaires du Second empire d’Ukan-Uramazakaal avec leurs alliés Forgeliers. La métropole abrite un zocalo où s’échangent les produits des Sphères Oubliées, une garnison et un sanctuaire à partir duquel trois Draconites nommés les Langues ont en charge la bonne marche d’Ur-Navastaa

Sites notables : De son lointain passé, Parnatuu ne montre que des champs de ruines, indiquant malgré tout la présence d’une civilisation maîtrisant une magie puissante et possédant un certain raffinement se retrouvant dans ses restes architecturaux. La planète elle-même a clairement été refaçonnée, comme le faisaient les Junan au début de l’Âge des Légendes. Il apparaît en effet que les mers, lacs et fleuves qui occupaient autrefois une importante superficie, furent sciemment asséchés, leurs eaux canalisées par d’impressionnants ouvrages vers des gouffres donnant sur les entrailles de Parnatuu.

Le grand désert orangé, émaillé de hauts monolithes sculptés, offre ainsi une vision maîtrisée, par des êtres gigantesques, dont nul ne se souvient plus.

Les Monolithes noirs délimitent la région du Pôle austral, il en existe une centaine, plus haut que les autres et taillés dans une matière sombre inconnue. Les Forgeliers ne peuvent s’aventurer dans cette région, car de puissantes et soudaines décharges électriques jaillissent entre ces monolithes. Seules des protections magiques conséquentes permettent d’atteindre un groupe de quatre obélisques, encore plus massifs et positionnés exactement sur l’axe planétaire. Ils sont creux, aménagés de salles vides aux dimensions impressionnantes. Leurs murs sont recouverts des mêmes symboles que ceux gravés dans tous les monolithes de Parnatuu. Que voulaient accomplir les créateurs d’un tel dispositif? Nul ne peut l’affirmer, mais les Draconites en charge d’étudier ce lieu découvrirent que l’axe du monde était un véritable nexus de forces entremêlées. La décision du Grand Draconite Kizias Lim’Tor d’ériger un nouveau Portail planaire à l’exact opposé des Monolithes noirs fut ainsi décidé.

La Couronne équatoriale est un autre ensemble de monolithes se démarquant de leurs voisins, encore une fois par une plus grande hauteur, ici près de soixante mètres, et par des séries de runes différentes. Ici cependant, des constructions similaires achevées par des peuples anciens mieux connus permettent d’identifier les piliers d’un bouclier planétaire, comme ceux que les Reigar, et plus tard les Septerii, employaient pour repousser les Xix. Une douzaine d’Ensorceleurs Dracostellaires ont été assignés à la seule tâche de trouver un moyen d’activer une telle défense, car avec un atout tel qu’un bouclier planétaire, le nouveau sanctuaire Urst serait à l’abri de tout danger.

A ce jour, le lieu à partir duquel peut être levé le bouclier de Parnatuu n’a pas encore été découvert. Les immensités désertiques, sans cesse remodelées par les vents depuis des millénaires, n’aident en rien dans les recherches, mais il semblerait qu’une cité ancienne fut bien engloutie par les sables orangés, peu avant la fin mystérieuse de cette culture oubliée.

La Ruche pétrifiée est un lieu encore inconnu des Forgeliers qui s’établissent de préférence en surface. De nombreuses références sont sculptées dans les ruines que les Ensorceleurs Dracostellaires occupent, mais ces derniers n’ont pas encore entreprit de recherches précises concernant ce lieu légendaire, qui semblait inquiéter les Géants de Parnatuu.

La Ruche pétrifiée est une région souterraine, à plusieurs dizaines de lieues sous la surface, où une colonie de Xix vint se placer en sommeil pour des millénaires. De l’espèce connue des Reigar sous le nom de Dévoreurs de mondes, ces créatures sont hautes de cent mètres, pèsent des centaines de tonnes et peuvent littéralement dévorer une planète.

La récente venue des Forgeliers commence à éveiller les Xix, qui restent perturbés par le champ atmosphérique suscité par les monolithes. Ce n’est plus qu’une question de temps, avant que l’un d’entre eux ne prenne conscience de son environnement et se lance dans la remontée vers la surface, où la magie de Urst ne pourra rien face à une entité de l’Âge des Légendes.

Les Ecailles d‘Uramazakaal

ImageType de monde: Ceinture d‘astéroïdes

Taille: Majorité de Taille A

Rotation: Aucune

Révolution: 1458 jours

Lunes: Aucune

Population: 15 872 Forgeliers

Magie: Trame diffuse, magie profane dominante

 

La Ceinture extérieure du système de Parnatuu renferme nombre de débris de petites dimensions. Une dizaine de ces planétoïdes possèdent une atmosphère ténue, très souvent toxique pour les êtres organiques. Vestiges d’un monde plus petit que Parnatuu, les corps rocheux formant les actuelles Ecailles d‘Uramazakaal comptent quelques ruines remarquables, mais guère plus.

 

Port d’accueil : Ur-Shalasamaa est le port spatial le plus important des Ecailles d‘Uramazakaal, il est sous le contrôle exclusif des Ensorceleurs Dracostellaires de la Maison Urst, qui regroupent ici un tiers de leur flotte spatiale, soit une trentaine de spelljammers. Le port est une escale obligatoire avant l’approche de Parnatuu, et l’intérieur de l’astéroïde sur lequel il se dresse a été intégralement excavé, transformé en enfilades de salles luxueuses, où les alliés des marqués de Maiashariith peuvent se délasser en toute quiétude.

Le port est également la dernière étape pour les aventuriers Forgeliers désireux d’étudier les grands brasiers stellaires. Une immense salle de Ur-Shalasamaa est d’ailleurs occupée par des morceaux de ces cadavres brûlant pour l’éternité dans des flammes élémentaires.

 

Ressources : A l’exception de sa position stratégique à l’extérieur du système, la ceinture des Ecailles d‘Uramazakaal n’offre que peu de ressources, même aux Forgeliers qui ne sont pas limités par des conditions de vie épouvantables. Car même si les nouveaux colons n’ont besoin ni d’eau, ni d’air, ils restent sensibles au froid extrême de l’espace sauvage, et doivent donc s’en protéger, en creusant de grands complexes où brûlent en permanence des feux magiques, servant tout autant à leur santé qu’à guider les spelljammers croisant à proximité.

 

Cultures : Les Forgeliers qui résident dans les Ecailles d‘Uramazakaal sont tous des Ensorceleurs Dracostellaires de la Maison Urst, sous l’autorité du Draconite Ojed Jiam’Lak, qui a en charge la défense militaire de tout le système. Pour ce faire, il a eu l’idée de disséminer de petits sanctuaires où sont aménagées des Géodes de Feu, capables de couvrir de larges zones de l’espace sauvage. Avec plus de quinze mille mages pouvant être mobilisés, un tel système de défense a déjà fait ses preuves face aux Grandes enclaves Illithids et aux Neogi.

 

Sites notables : Malgré toute leur puissance révélée sur le monde voisin de Parnatuu, les mystérieux Géants ne purent empêcher la destruction d’une planète où ils étaient établis. Ils ne revinrent d’ailleurs plus dans cette région de l’espace sauvage. Les Ensorceleurs Dracostellaires de la Maison Urst n’ont trouvé aucune trace d’une autre occupation de cette ceinture d’astéroïdes, pourtant riche en minerais rares. L’explication tient peut-être au fait que plusieurs dizaines de cadavres de Parjanataan, les dragons non-morts du Sel, furent récemment découverts par des explorateurs Forgeliers. Un conflit opposa-t-il ces deux peuples oubliés? Rien n’est moins sûr, les créatures vivant aux abords de cette Sphère de Cristal ne semblent en effet pas devoir supporter la proximité du soleil. Les raisons d’un tel abandon restent donc mystérieuses.

 

Le Dédale de Mözk est une région des Ecailles d‘Uramazakaal où les Forgeliers ne risquent pas leurs précieux vaisseaux. En effet, les débris dans cette zone sont attirés les uns vers les autres, et la présence de toute forme de magie semble provoquer des ondes poussant ces astéroïdes dans toutes les directions. Un spelljammer croisant dans un pareil environnement, même avec le meilleur des équipages, se verra immanquablement broyé par des masses de plusieurs tonnes.

Le nom de cette région fut murmuré dans les rêves d’un Forgelier s’apprêtant à franchir le dédale. Il eut également la vision d’une entité gigantesque, flottant dans le Vide et se faisant prendre au piège des astéroïdes. Mözk serait donc probablement le nom du premier infortuné.

 

Le Jeleeth-Sonoor est un immense vaisseau de guerre Illithid, qui est toujours réputé perdu. Nul ne sait que son équipage d’esclaves se rebella alors que le bâtiment croisait non loin de la Sphère de Parnatuu, qu’il bascula à travers le passage ouvert, subissant les assauts des dragons non-morts du Sel, puis qu’il dériva jusqu’à la ceinture extérieure du système.

L’épave a subit bien trop de dégâts aux fils des siècles, mais ses cales renferment toujours le fruit du pillage d’un monde inconnu. L’enveloppe d’air s’est depuis longtemps évaporée, mais certains compartiments renferment encore une atmosphère viciée. Des dizaines de cadavres dérivent dans les travées, et les Flagelleurs mentaux du bord arborent toujours de précieuses reliques psioniques.

Mais le Jeleeth-Sonoor deviendra surtout un enjeu stratégique majeur pour ceux qui le découvriront; La passerelle de commandement dispose en effet encore de ses cartes des Courants éthériques, un véritable labyrinthe mouvant de couleurs, sur une résille organique gelée, mais pouvant être réanimée. Les Illithids des Grandes enclaves étant les navigateurs que tous connaissent, une telle carte représente bien un immense trésor.

 

La Sphère de Parnatuu

ImageL’orbe laiteux de Parnatuu se situe dans une région du Phlogiston où prédominent les forces du Sel et de la Poussière, un environnement hostile à la Vie, où évoluent des créatures draconiques non-mortes, les Parjanataan. Gardiens du seul passage permanent de cette Sphère, les entités auraient jadis été natives du Plan Quasi-élémentaire du Sel, avant de s’aventurer dans le Plan Matériel Primaire. Selon quelques écrits retrouvés par les Ensorceleurs Dracostellaires de la Maison Urst, une Puissance protectrice de Parnatuu aurait lié les créatures à la destinée des peuples sous son autorité. Ces derniers disparurent il y a longtemps, mais lesParjanataan restèrent. Une centaine d’entre eux veillent sur la Porte de Parnatuu, un passage menant à l’espace sauvage.

La face interne de Parnatuu est marquée par de grands cratères au fond desquels brûlent les Flammes des Nandrataa, formant les constellations de ce système. Ce sont des brasiers élémentaires au cœur desquels sont enchaînées des créatures humanoïdes et gigantesques, apparemment mortes depuis longtemps. Leurs traits sont marqués par une intense souffrance, mais hormis supposer qu’ils sont ceux que les anciens désignent comme les Nandrataa, leur présence en ces lieux reste mystérieuse.

 

Le soleil rouge de Parnatuu se nomme Dan’rasarii, il était autrefois d’une taille bien plus imposante qu’actuellement, mais son rayonnement va en s’affaiblissant. Les Planétologistes qui ont étudié ce système depuis sa redécouverte estiment que dans une dizaine de millénaires, l’astre s’éteindra et provoquera des cataclysmes cosmiques.

Parnatuu est également le nom du monde unique de ce système. La planète est un désert de rocaille et de sable orange, supportant cependant une Trame magique renforcée grâce à un complexe et imposant réseau de grands monolithes recouverts de runes que les plus compétents Draconites de Urst peinent toujours à décrypter.

Des ruines anormalement peu nombreuses existent à la surface de ce monde, elles devaient former de vastes métropoles bâties au sommet de falaises dont les parois furent aménagées en complexes réseaux de cavernes. Les habitants ont laissé de nombreuses traces révélant une civilisation adepte du Kuraa-Vacuu, et dont la disparition reste un mystère.

Parnatuu est un monde étrange, à l’origine hostile à la Vie, sa Trame planétaire fut renforcée pour une raison inconnue, et si d’importantes ressources sont employées au développement de ses sols, des forêts pourraient croître sans mal. Les Forgeliers n’ayant que faire d’un environnement aux formes de vies organiques variées, le monde reste un désert orange gorgé de magie solaire.

La ceinture d’astéroïdes extérieure semble avoir été un monde tellurique de petite dimension, frappé par une nuée de météores qui pulvérisèrent la planète. Les Ensorceleurs Dracostellaires qui aménagent de nouvelles colonies sur les plus gros planétoïdes ont noté la présence de quelques ruines, d’une architecture semblable à celle des métropoles de Parnatuu.